Lady Oscar - André
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Lady Oscar - André

Forum site Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Les résultats du concours de Noël.
Tout d'abord un grand merci à toutes les participantes

La gagnante du concours de noël 2020 est
Cath avec sa fic : Le Miracle de Noël
Merci à :
Sabrina : Fic 4 Opération boule de gui
Marina Grandier-Jarjayes : Fic 2 : Mission Noël
Jarjayes80 : Noël dans le grand nord

-53%
Le deal à ne pas rater :
Balance connectée Xiaomi Mi Body à 18,99€ au lieu de 39,99€
18.99 € 39.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 La malédiction de l'éternité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marina Grandier-Jarjayes
Lieutenant de Girodelle
Lieutenant de Girodelle
Marina Grandier-Jarjayes

Féminin
Age : 28
Nombre de messages : 6584
Date d'inscription : 05/06/2008

La malédiction de l'éternité Empty
MessageSujet: La malédiction de l'éternité   La malédiction de l'éternité EmptyMar 14 Juil 2020 - 16:27

Disclaimer : Lady Oscar est l'oeuvre de Riyoko Ikeda, cet écrit est un écrit de fan, je ne gagne rien, sinon des reviews et les reviews ne permettent pas d'acheter des spaghettis.


Résumé : L'éternité était un cadeau empoisonné et Girodelle était bien placé pour le savoir.


Note de l'auteur : Ceci est une réponse au prompt de la foire aux prompts de la page Facebook « Bibliothèque de Fictions ». Les conditions étaient : cent mots minimum, écrire autour du mot « éternité ». Je rappelle que ce que j'écris ne sort pas de nulle part, c'est canon (cf le tome 4 de Lady Oscar).


La malédiction de l'éternité

L'éternité était un mot, un concept, qui faisait rêver les gens.


Qui n'avait jamais souhaité l'éternité?


L'idée de ne jamais arrêter de vivre parce qu'on aimait la vie, parce qu'on avait peur de mourir, parce qu'on était incertain de ce qu'il y avait après le trépas, était quelque chose de rassurant. La foi disait que les âmes étaient immortelles et donc éternelles. Le corps, cependant, avait plus d'attraits pour l'humanité.


Toutes ces craintes, ces fantasmes, ces pensées, Victor-Clément de Girodelle les avait eus.


Pourtant, aujourd'hui, il savait que l'éternité était en réalité une prison, une torture psychologique de chaque instant.


Lui, il avait réalisé le rêve que chaque homme, que chaque femme, avait fait. Il était devenu éternel. Pour être tout à fait exact, le temps s'était arrêté pour lui du jour où il avait croisé ces étranges enfants qui l'avaient emmené au coeur de la forêt anglaise dans leur village où le temps se figeait pour les habitants. Devenu alors l'un d'eux, il avait reçu ce qu'il avait d'abord perçu comme une bénédiction. Il allait être capable de voir de ses propres yeux si le rêve d'Oscar allait se concrétiser, si le combat qu'elle avait mené, pour lequel elle avait donné sa vie, n'avait pas été vain. Il avait vu la naissance de la Première République, sa chute, le Directoire, l'Empire, le retour de la monarchie, sa nouvelle chute, la Seconde République, le Second Empire, la Troisième République...


Sans compter les deux autres Révolutions qui avaient secoué le pays.


A l'heure actuelle, il vivait au coeur de la Cinquième République et il était presque certain que ce que la France était, Oscar l'aurait approuvé. Elle aurait pleuré le roi, la reine, mais comme elle aurait été heureuse de voir que les hommes et les femmes étaient réellement libres, pouvant choisir leurs vies, leurs destins, avoir une voix dans la politique de leur pays sans crainte de représailles ! Enfin, sur le papier en tout cas, car il y avait, hélas, toujours des dérives. Mais ces extrémités mises à part, Oscar n'aurait pu qu'aimer l'idée de la démocratie, du droit de vote, masculin comme féminin !


Cependant, le temps passant, malgré un corps qui ne changeait plus, Girodelle sentait le poids des années sur son esprit.


Les hommes n'étaient pas fait pour vivre éternellement pour une raison : la vie perdait alors de sa saveur, de son sel.


Les hommes vivaient la vie avec une telle passion parce qu'elle était fugace et sa fin toujours inattendue.


Vivre éternellement, c'était perdre ce piquant, cette adrénaline, cette épée de Damoclès qui forçait les gens à profiter au mieux de leur capacité.


L'éternité allait à merveille avec les arts, l'Histoire, les idéaux, pas des êtres aussi imparfaits que les humains.


Il se sentait perpétuellement fatigué, fatigué de vivre, de voir l'Histoire se répéter en boucle, mais surtout, désormais, tous ceux qui avaient compté pour lui n'étaient plus là depuis longtemps.


Certes, il s'était volontairement isolé mais les savoir en vie quelque part suffisaient à rendre la vie supportable.


Désormais, il était seul, terriblement et profondément seul, sans but, ayant tout vu, tout lu, tout fait.


La seule joie qui lui restait sur cette terre était de mourir et le Ciel la lui avait refusée, condamnée à voir l'humanité s'étioler tout comme elle s'améliorait dans une boucle infinie.


FIN

*** Lady Oscar Lady Oscar ***

La malédiction de l'éternité Signature-2018-ylo-marinagj-5552c44
Revenir en haut Aller en bas
https://ladyoscar-zeforum.fr/
 

La malédiction de l'éternité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Fanfictions Lady Oscar. :: Fics sur Lady Oscar. :: "Petits Pamphlets"-