Lady Oscar - André
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Lady Oscar - André

Forum site Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-60%
Le deal à ne pas rater :
Le Petit Marseillais Shampooing infusion thym et thé vert Bio – ...
1.31 € 3.25 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Réminiscence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marina Grandier-Jarjayes
Lieutenant de Girodelle
Lieutenant de Girodelle
Marina Grandier-Jarjayes

Féminin
Age : 28
Nombre de messages : 6834
Date d'inscription : 05/06/2008

Réminiscence Empty
MessageSujet: Réminiscence   Réminiscence EmptyMer 13 Mai 2020 - 18:09

Disclaimer : Lady Oscar est l'oeuvre de Riyoko Ikeda, cet écrit est un écrit de fan, je ne gagne rien, sinon des reviews et les reviews ne permettent pas d'acheter des spaghettis.


Résumé : La naissance de sa petite fille chérie lui rappelait douloureusement celle qu'elle avait dû abandonner quelques années plus tôt.


Note de l'auteur : Ceci est une réponse au défi d'écriture n°90 de la page Facebook « Bibliothèque de Fictions ». Les règles étaient : cent mots minimum, inclure les mots Permettre - pièce - vie - aile - bleu - premier - accessible - petit - sœur – hurler.

Réminiscence

Epuisée, encore pantelante, Julie de Polignac serrait contre elle ce petit bébé auquel elle venait de donner la vie.


Une fille.


Encore une.


La première pour son époux, la deuxième pour elle, son aînée étant un secret gardé, enfermé au plus profond de son coeur.


Et pourtant, aujourd'hui, face à Charlotte qui vagissait dans ses bras, les verrous de cette cage sautaient, laissant la tristesse envahir la jeune mère.


Une fille.


Encore une.


Comme si le Destin avait décidé de la railler. Elle qui avait abandonné, la mort dans l'âme, sa fille à peine née à la servante de son ancien amant, le premier enfant qu'elle avait dans les liens sacrés du mariage était de nouveau une demoiselle.


Comme si Dieu voulait lui rappeler son infamie, elle qui avait été trop faible pour s'imposer face à ses parents, elle qui ne s'était pas battue pour cet enfant, elle devrait alors se rappeler tous les jours son crime en posant les yeux sur sa nouvelle fille, la soeur de sa bâtarde.


Elle n'avait que quinze ans à l'époque et elle ne pouvait pas se permettre un scandale. Ses parents étaient de petits nobliaux rigides, au nom ancien mais à la bourse bien vide. Ils comptaient sur elle et sur son minois pour épouser quelqu'un de riche mais ayant besoin de la légitimité d'un patronyme, pour rembourser les dettes familiales. Rosalie, ils l'auraient noyée dans un ruisseau, ils l'auraient abandonnée sur le parvis d'une église ou ils auraient tout fait pour qu'elle la perde. Qui aurait voulu d'un bien souillé? Cela semblait terriblement dérisoire mais face à la pression qu'elle avait sur les épaules depuis sa naissance, elle n'avait pu que plier et faire taire son désir de garder son petit bébé adoré, hurler sa rage au plus profond d'elle. Le duc de Saint-Rémi avait été une ordure. Une fois enceinte, elle ne l'intéressait plus, il avait ri quand elle l'avait supplié de l'épouser au nom de leur enfant et de l'amour qu'ils se portaient. Puis, elle apprit qu'il avait engrossé sa servante, lui avait fait une fille, cette même domestique qui avait montré une compassion sans borne envers elle. Enfin, peu de temps après, alors que son ventre commençait à peine à poindre, le duc mourut d'une chute de cheval.


- Ma pauvre, pauvre Mademoiselle... L'avait bercée Nicole


Crème de la gentillesse humaine, elle lui avait offert de prendre son bébé sous son aile. Rosalie naquit quelques jours avant la vente du château de son père.


Lors de sa grossesse déjà, Julie n'avait eu de cesse de penser à Rosalie, son premier bébé qu'elle avait mis au monde dans une pièce minuscule, un débarras à peine accessible dans une aile du château du duc de Saint-Rémi, aidée de Nicole. Ce qui la hantait encore plus était le bleu des yeux de Rosalie, la même teinte que ses propres pupilles. Elle aimait déjà Charlotte, elle l'aimait de tout son coeur, mais elle ne pouvait s'empêcher de ressentir cette ironie, cette amertume, ce manque qui se décuplait face à l'événement. Elle pleura.


- Oh ma chère! Lui dit Jules, son mari. Ne soyez pas déçue! C'est une belle enfant, elle a hérité cela de vous! On lui donnera une bonne éducation et on lui trouvera un bon mari! La prochaine fois, cela sera un fils!


Rosalie lui manquait terriblement et cette naissance n'arrangeait rien. Cela serait sa croix à porter pour ses péchés, sa faiblesse, sa lâcheté. Son bébé était sûrement mort de toute façon... les enfants étaient si fragiles ! Déjà dans les familles nobles, où on pouvait faire venir un médecin ! Alors, dans une famille pauvre qui vivait sans doute dans la misère... L'idée lui brisait le cœur, l'étouffait mais elle se voulait réaliste. Si Rosalie était morte, son assassin ne serait personne d'autre qu'elle, sa mère, qui l'avait laissée dans de telles conditions. Son histoire, ses raisons, expliquaient son geste sans pour autant le valider. Elle n'était qu'une femme parmi les milliers qui avaient vécu ce déchirement interne.


Mais Charlotte, elle, ayant eu la chance de naître sous une meilleure étoile.


Charlotte ne lui serait pas arrachée.


Personne, jamais plus personne, ne la priverait de ses enfants.




FIN

*** Lady Oscar Lady Oscar ***

Réminiscence M_10
Revenir en haut Aller en bas
https://ladyoscar-zeforum.fr/
 

Réminiscence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Fanfictions Lady Oscar. :: Fics sur Lady Oscar. :: "Petits Pamphlets"-