Lady Oscar - André

Forum site Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Fics de la St Valentin mise en ligne ici
Les votes et résultats sont en ligne...
1ère ex aequo : Lénie et Sabrina
3ème : Loufiction

Merci aux participantes...



Partagez | 
 

 Fic 9 : Merci Girodelle ! de Sabrina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicole
Fondatrice / Administratrice
Nicole

Féminin
Age : 35
Nombre de messages : 2041
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Fic 9 : Merci Girodelle ! de Sabrina   Mar 12 Fév 2019 - 9:14

Merci Girodelle !
de Sabrina
 
Femmes, retenez bien ceci : en général, toute déclaration verbale d'amour est un mensonge et un piège. Le véritable amour est muet, le véritable amour est modeste. Défiez-vous, Mesdames, des beaux parleurs, des menteurs et des hommes trop présomptueux.
 Auguste Guyard ; Quintessences (1847)
 
Un beau soleil hivernal dardait ce matin-là ses rayons sur la cour de la caserne de la Chaussée d’Antin. Il faisait encore très froid, mais la luminosité qui avait cruellement fait défaut lors des longs mois d’hiver, réchauffait les cœurs et annonçait timidement l’arrivée plus si lointaine du printemps, et avec lui, d’une aube nouvelle pour la France. Tous les soldats de la compagnie de Gardes Françaises du Colonel Oscar François de Jarjayes étaient réunis, au garde à vous pour la revue quotidienne. Nul ne pouvait encore prévoir que, d’ici quelques instants, la Place d’Armes allait devenir le théâtre d’un évènement semblable à nul autre, et qui allait marquer tous ses acteurs pour de nombreuses années à venir.
Pourtant, depuis que leur Colonel avait su prouver sa juste valeur à sa troupe, la revue se déroulait invariablement sans le moindre accroc, à la grande satisfaction – et au grand soulagement aussi – de la principale intéressée. Il faut dire que les soldats n’avaient pas été faciles à mater ! Mais c’était sans compter sur la ténacité sans égale d’Oscar. Et aussi sur le travail de l’ombre de son ami fidèle, André Grandier. Même si Oscar ne le réalisait pas complètement, le fait que ce dernier se soit enrôlé dans sa compagnie, qu’il ait sympathisé avec Alain, le chef officieux des soldats et qu’il se soit évertué à la défendre envers et contre tout, avait fini par porter ses fruits. Même si cette détermination à la protéger avait au départ bien failli être fatale à ce malheureux André !
Mais ce matin, Oscar pouvait savourer en toute quiétude sa victoire : tous ses hommes étaient présents, et plus aucune mutinerie n’était à craindre. La revue allait être rapide, songeait-elle en s’avançant au centre de la cour, fièrement juchée sur son cheval blanc, et talonnée par le lieutenant d’Alembert.
C’était sans compter sur la silhouette grande et mince que les soldats virent bientôt se découper entre les grandes grilles entrouvertes de la caserne. Voyant l’air stupéfait de leurs hommes, Oscar et d’Alembert se retournèrent.
André, qui venait de reconnaître l’arrivant, ouvrit grand le seul œil valide qui lui restait et étouffa une exclamation de surprise.
Le nouveau venu, somptueusement vêtu d’un uniforme de la garde royale, qui avait cependant connu des jours meilleurs, s’avançait à pieds, d’un pas mal assuré, en titubant légèrement, ses longs cheveux en pagaille dissimulant une partie de son visage.
« Girodelle ! » aboya le Colonel, elle aussi très surprise, tant par l’arrivée inopinée en ces lieux de son ancien subordonné que par son apparence si peu caractéristique de sa personne, ordinairement si élégante et soignée.
S’entendant ainsi apostropher, ledit Girodelle s’arrêta, le regard vague. Il mit sa main en visière pour se protéger du soleil, et planta enfin son regard dans celui d’Oscar, toujours sans le moindre mot.
« Enfin, Girodelle, reprit cette dernière sur un ton un peu moins rude, ayez l’obligeance de me dire ce qui vous amène ici, à pieds et sans escorte ! Y aurait-il quelque souci à Versailles dont nous devrions être informés ? »
Girodelle avait blêmi. Il semblait toujours aussi hésitant, comme s’il avait atterri ici par hasard et ne savait que faire. Les hommes d’Oscar commençaient à ricaner, pour eux, l’arrivée de ce militaire noble de la garde royale, dont l’apparence manquait si manifestement de noblesse, était du plus haut comique. André, qui le connaissait bien, n’avait pas envie de rire, mais demeurait estomaqué : qu’avait-il bien pu arriver à Girodelle ? Cela ne lui ressemblait en rien de débarquer ainsi, sans son cheval, ni aucune escorte, en plein Paris où il était d’autorité publique que les nobles étaient de moins en moins bien vus. Et plus encore, Girodelle, toujours si droit et fier, comment pouvait-il se montrer ainsi, ayant presque l’air d’un ivrogne sortant d’une taverne ?
C’est la voix de plus en plus agacée d’Oscar qui sortit à la fois André de ses questionnements et les autres soldats de leur hilarité.
« Girodelle, je vous somme de vous expliquer tout de suite ! Nous sommes dans une caserne ici, pas dans un salon versaillais ! Nous avons du travail, alors si vous avez quelque chose à dire, bon sang, dites-le !
-          Je… commença à bafouiller Girodelle en baissant les yeux… En fait j’étais venu vous voir Oscar. J’ai une chose de la plus haute importance à vous dire.
-          Et bien soit, parlez, je vous écoute !
Girodelle osa lever la tête vers elle, et, d’une voix un peu plus assurée, il commença :
« Chère Oscar, j’espère que vous me pardonnerez cette folle tentative. Je n’ai plus rien à perdre. Depuis que vous avez quitté votre commandement des gardes royales, je dépéris. Le fait d’avoir obtenu votre poste, que je convoitais naguère, n’y a rien fait. Je redeviendrais volontiers un simple soldat si c’était pour retrouver le bonheur de pouvoir vous contempler chaque jour…
-          Girodelle ! tempêta Oscar, veuillez cesser vos inepties séance tenante ! Je dirige une compagnie ici !
-          Non, Oscar, vous ne me ferez plus taire. Je me suis tu trop longtemps. Par respect ou par crainte de vous décevoir, je ne sais. Et lorsqu’il y a quelques semaines j’ai enfin osé me déclarer, vous m’avez rabroué comme un misérable, sans prendre en considération mes sentiments. Et depuis, je me morfonds. Alors, en ce jour entre tous, je me suis dit qu’il fallait que je joue le tout pour le tout. J’ai passé toute la nuit à errer de taverne en taverne pour me donner du courage. Alors ce matin, c’est peut-être l’abus d’alcool qui me pousse à parler, mais sachez que chaque mot qui sort de ma bouche est sincère : je vous aime Oscar de Jarjayes, et je n’hésiterai pas à faire tout ce qui en mon pouvoir pour vous faire comprendre que vous aussi, vous avez droit à l’amour !
-          SUFFIT ! rugit Oscar, de sa voix la plus impressionnante. Vous vous donnez en ridicule, Girodelle, jamais je n’aurais cru cela possible de vous ! Et plus encore, continua-t-elle, en coulant un regard vers ses hommes qui, pour la plupart, hésitaient entre la consternation et le fou rire, vous me mettez dans une situation que je n’aurais jamais imaginée, même dans mes pires cauchemars, et ce, face à ma compagnie ! Honte à vous Monsieur de Girodelle !
 
Oscar descendit de son cheval et s’approcha de lui. En la voyant lever son bras, André faillit s’avancer. Elle n’allait tout de même pas le gifler devant tout le monde, au risque de se trahir ? Car un Colonel ne donnait pas de gifle comme une demoiselle outrée.
Mais non. Oscar empoigna fermement le bras de Girodelle et lui ordonna :
« Vous allez me suivre dans mon bureau sans ajouter un mot ! Je vais vous désaouler et vous faire définitivement passer l’envie de me créer de tels affronts ! Et vous messieurs, continua-t-elle en direction de ses hommes, rompez, ce sera tout pour le moment ! »
 
Penaud, Girodelle n’eut d’autre choix que de lui emboiter le pas. En passant à côté d’André, Oscar lui glissa le plus discrètement qu’elle put :
« Ne t’éloigne pas trop, j’aurai besoin de toi tout à l’heure pour m’aider à ramener ce foutu idiot dans ses quartiers ! »
 Sans dire un mot, André acquiesça. Il décida d’attendre quelques instants, puis d’aller traîner dans le couloir près du bureau d’Oscar, afin de se tenir prêt en cas de besoin.
« Tu me raconteras ! lui fit Alain, goguenard. J’aimerais bien être une petite souris dans le bureau du Colonel en ce moment », ajouta-t-il avec un clin d’œil.
Les discussions allaient bon train parmi les hommes de la compagnie, depuis qu’Oscar et Girodelle avaient disparu dans le bâtiment.
« Ah ces nobliaux ! Je savais bien qu’ils n’étaient pas comme nous, mais de là à être aussi dévoyés ! Vous rendez-vous compte, ils font ça entre hommes là-bas ! Je savais bien qu’ils n’étaient pas très nets à Versailles… Disait l’un.
-          Vu la tête que faisait le Colonel, il n’avait pas l’air d’humeur ! Plaisanta un autre.
-          Quand même, quelle histoire ! Il me faisait presque pitié ce Girodelle à se faire enguirlander comme ça. Connaissant le Colonel, il va passer un sale quart d’heure, le poudré… renchérit un troisième.
-          Hé, Grandier ! tu nous raconteras ? » Appela un dernier, plein d’espoir.
Sans répondre, André se dirigea vers le quartier des officiers.
« Ah ça, conclut Alain, on s’en souviendra de cette Saint Valentin. Qui eut cru que les amours de notre Colonel pouvaient s’avérer aussi divertissantes ? »
 
Pendant ce temps-là, Oscar avait poussé Girodelle dans son bureau. Sans ménagement, elle l’avait fait asseoir dans un fauteuil et lui tendait un grand verre d’eau.
« Buvez ceci, lui dit-elle froidement, et tâchez de réfléchir soigneusement avant de m’adresser à nouveau la parole, sans quoi j’achèverai de vous désaouler en vous jetant le contenu de cette carafe à la figure.
-          N’ayez crainte, Oscar, vous avez été on ne peut plus claire. Veuillez pardonner ma faiblesse, je n’avais pas l’intention que tout ceci se déroule de cette manière. J’ai été fou de penser que peut-être en ce jour particulier, vous auriez pu vous laisser quelque peu attendrir…
-          Et qu’a-t-il de si particulier ce jour ? Pourquoi vous aurai-je écouté aujourd’hui plutôt qu’un autre jour ?
-          Mais voyons, Oscar, c’est la Saint Valentin ! La fête de tous les gens qui s’aiment. Même vous ne pouvez l’ignorer !
-          La Saint Valentin ? s’étonna Oscar, mais bon Dieu Girodelle, croyez-vous qu’avec tout ce qu’il se passe en ce moment, je m’embarrasse de penser à la Saint Valentin ? Comment avez-vous pu penser un seul instant me faire fléchir en vous donnant ainsi en spectacle, devant toute la compagnie, qui plus est ! Je suis Colonel des Gardes Françaises, Monsieur, pas une de ces jouvencelles qui hantent vos pas à la Cour !
-          Cela, ma chère, vous me l’avez bien fait comprendre lors de ma première déclaration, fit Girodelle d’un ton las. Mais j’avais l’espoir que vous m’ayez repoussé cette fois-là parce que vous ne m’aviez pas cru sincère, ou que parce que vous aviez pensé uniquement à une nouvelle machination de votre père pour décider encore une fois de votre vie. Mais je suis sérieux, Oscar. Je vous aime réellement, telle que vous êtes, et vous demande une nouvelle fois de bien vouloir m’accorder l’honneur et la joie de pouvoir prétendre à votre main. »
Oscar ne répondit pas tout de suite. Elle considéra son ancien lieutenant. Finalement, qui était-t-elle pour le juger, ou pire, le rabaisser car il avait la folie (ou peut-être le courage, elle ne savait plus trop) de lui avouer ses sentiments ? Si elle était honnête envers elle-même, Oscar devait bien avouer que si elle lui en voulait, c’était surtout parce que lui avait le droit d’exprimer ouvertement ses sentiments. Il occupait sa juste place dans la vie, personne ne pouvait lui reprocher d’aimer et de vouloir se marier, tout en continuant à faire ce qu’il avait toujours fait. Tandis qu’elle… La position dans laquelle l’avait placée son père était impossible. Si elle voulait sauvegarder son honneur, et tout ce pourquoi elle s’était battue toutes ces années, aimer ouvertement lui était interdit. Oh certes, elle pouvait bien changer d’avis et décider de se marier, son père le lui avait bien fait comprendre. Mais à quel prix ? Il lui faudrait tout renier. Son indépendance, sa liberté, son franc parler. On l’obligerait à porter des robes, à tenir sa langue, à monter à cheval en amazone, à abandonner son épée… C’était inadmissible. Après avoir connu la vie d’un homme, comment pourrait-elle accepter de rejoindre les rangs de ces dindes sans cervelles qui se pavanaient à Versailles ?
Dans un élan d’honnêteté, elle déversa tout ceci à Girodelle, qui l’écouta religieusement. Quand elle eut fini, elle lui tourna le dos, s’appuyant au rebord de la fenêtre, comme pour dissimuler ses larmes.
Bouleversé, Girodelle reprit la parole :
« Pardonnez-moi, mon amie. J’ai été un sot. Comment ai-je pu ne pas penser à tout ceci ! Je me suis laissé aveugler par mon amour pour vous, je n’ai pensé qu’à moi, et à mon désir de vous protéger. Mais je ne vous aurais pas protégée, au contraire n’est-ce pas ? Notre mariage aurait été pour vous une cage dorée, je le vois maintenant. Mais je ne peux vous mentir. Je recherche une épouse qui soit là pour moi, qui m’accompagne, s’occupe de moi et de mon domaine, et me permette d’avoir une famille un jour. En échange, je la traiterai comme une reine ! Mais vous ne voulez pas de cela, n’est-ce pas Oscar ? Et je ne cois pas me tromper beaucoup si j’affirme que le seul qui aurait pu vous faire plier à ce genre de vie vous est inaccessible comme vous me l’êtes ? » termina-t-il sur un ton amer.
A ces derniers mots, Oscar fit volte-face. Elle toisa un moment Girodelle, qui s’apprêtait à faire face à de nouvelles foudres, puis sembla s’apaiser et répondit :
« Puisque nous en sommes à nous dévoiler sans faux semblants, pour cette fois et seulement cette fois, je vous dirai ceci : si celui auquel vous pensez est bien celui que moi aussi je crois, eh bien, oui, j’ai eu la faiblesse un moment de rêver que tout pourrait changer par lui. Cependant, les évènements de ces dernières semaines qui m’ont conduite ici ont au moins eu le mérite de me faire comprendre une chose : ce que j’ai pris pour de l’amour n’était qu’un écran de fumée. Un étourdissement qui finalement a eu ceci de bon qu’il m’a permis de me révéler à moi-même. J’ai cru aimer cette personne, mais ce n’était qu’un refuge. Il était pour moi sans danger de me complaire dans cette comédie de l’amour étant donné que je savais au fond de moi qu’il ne serait jamais partagé. Le vrai risque aurait été d’aimer quelqu’un qui pouvait me rendre cet amour, et qui en plus m’aurait respectée et acceptée malgré ce que je me refuse à abandonner… »
Stupéfait d’être celui qui recueillait la plus intime des confessions jamais faite par Oscar de Jarjayes, Girodelle répondit dans un souffle :
« Je suis tellement navré de ne pouvoir être cette personne, Oscar. Vous voir ainsi me désole. Je pourrais être celui qui vous rende votre amour, puisque je vous aime déjà de tout mon cœur. Mais malgré cela, je me rends compte que je ne saurais jamais vous rendre heureuse. Vous méritez quelqu’un qui puisse vous aimer sans conditions, qui puisse n’exiger aucun changement et qui vous acceptera en égale. Je maudis mon rang, mon éducation et mes principes de m’interdire de devenir cette personne. Mais de tout cœur, je souhaite qu’elle existe. Et qu’elle croise votre chemin. »
A ces derniers mots, Oscar écarquilla involontairement les yeux. Par son discours, elle eut soudain la nette impression que, sans le savoir, Girodelle venait de mettre le doigt sur quelque chose qu’au fond d’elle, elle avait toujours su. Bien sûr qu’il existait, cet homme qui l’aimerait d’un amour inconditionnel, qui n’exigerait rien en retour, pas même une caresse. Celui qui ne lui demanderait jamais d’être ce qu’elle n’était pas. Celui qui l’avait déjà vue en colère, malade, blessée, ivre morte. Qui l’avait entendue jurer comme un charretier, se battre comme un chiffonnier, pleurer, rire, hurler comme une furie. Celui à qui son foutu caractère ne faisait pas peur, qui osait même la remettre en place s’il le fallait. Celui qui la connaissait mieux qu’elle-même. Et qui l’aimait malgré tout, malgré elle. Qui la respectait, l’acceptait, mais en même temps ne lui laissait jamais oublier qu’au fond, elle était plus que ce qu’elle paraissait. « Oh André ! pensa-t-elle. J’ai été si bête, si aveugle, si égoïste. Comment peux-tu encore m’aimer après tout cela ? » C’était soudain comme si une digue venait de se rompre en elle. Mais qu’était ce flot de sentiments qui coulait tout d’un coup ? Oscar sentait que si elle le laissait aller plus loin, il aurait le pouvoir de tout détruire. Mais détruire quoi au juste ? Une vie passée à se mentir, à se refouler, à se vouer au malheur… et à le vouer au malheur lui aussi ! Tout ça pour qui ? Pour quoi ? Elle ne savait pas, ne savait plus. Tout était dérisoire face à ce tourbillon qui venait l’assaillir en traitre…
 Oscar fut interrompue dans ses pensées par Girodelle, qui, en l’absence de réponse de sa part, après l’avoir longuement contemplée dans ses réflexions, avait commencé à se lever.
« Veuillez encore une fois m’excuser pour mon comportement de tout à l’heure, dit-il, gêné. Cela ne se reproduira pas, soyez-en assurée. Sachez cependant que je ne regrette rien, si ce n’est la manière dont je vous ai présenté ma déclaration. Cette exposition en public était indigne de vous comme de moi. Mais Je sais que vous serez parfaitement capable de faire oublier cet incident à vos hommes. Et j’ose espérer que la prochaine fois que nous nous verrons, nous pourrons nous saluer en bons amis.
-          Certainement Girodelle. En ce qui me concerne, c’est oublié, répondit Oscar, qui reprenait sa voix de Colonel. Je vais aller demander à un de mes hommes de vous raccompagner, et nous n’en parlerons plus. »
Sur ce elle se leva, ouvrit la porte du bureau et avisa André, qui, comme à son habitude, attendait appuyé au mur, de l’autre côté du couloir. En la voyant, suivie de Girodelle, il se mit au garde à vous et attendit les ordres.
« Inutile de jouer la comédie, André, lui dit Oscar. Il n’y a ici que moi, et Girodelle qui te connait. Veux-tu bien avoir l’obligeance de seller deux chevaux et de raccompagner Girodelle à Versailles ? Ensuite tu me rejoindras ici, j’ai à te parler. »
-          Bien sûr Oscar, je m’en occupe, répondit André, en lui lançant un regard légèrement inquiet, comme pour lui demander si tout allait bien.
Sans lui répondre, Oscar lui fit un petit signe de tête, puis tourna les talons et repartir s’enfermer dans son bureau.
André et Girodelle se dirigèrent vers l’écurie où le premier, sans mot dire, commença à préparer les chevaux. Dans la cour, les quelques soldats qui étaient restés là les regardèrent s’éloigner, toujours plus curieux de savoir à quoi rimait toute cette mascarade. En tout cas, ils n’avaient pas hâte de se retrouver face au Colonel, ils savaient bien à quoi pouvaient ressembler les entraînements lorsqu’il était en colère, et aucun d’entre eux n’avait envie d’en faire les frais…
 
Entre les deux cavaliers qui entamaient leur chevauchée dans Paris, le silence était de plomb. André retenu par son rang et son ignorance de la teneur de l’entretien qui s’était déroulé entre Girodelle et Oscar, préférait s’en tenir au silence. Lorsqu’ils furent sortis de la ville, Girodelle finit par adresser la parole à André :
« Hé bien, André, j’ignorais que vous vous étiez enrôlé dans la compagnie d’Oscar. Je suppose que c’était pour vous un moyen comme un autre de continuer à veiller sur elle comme vous l’avez toujours fait, termina-t-il, perspicace.
Voyant qu’André ne répondait pas, il continua :
-          Même si je sais que vous n’avez nul besoin de cette recommandation, pourrais-je vous demander de toujours continuer à être là pour elle ? Je me suis rendu compte aujourd’hui qu’en dépit de son rang et de sa fonction, ou peut-être à cause d’eux, elle est finalement très seule.
-          Comme vous le dites, cela va sans dire. J’ai toujours été son ombre, et je le resterai toujours. Je ne sais ce qu’il s’est passé entre vous tout à l’heure, mais sachez que si Oscar vous a repoussé, ce n’était pas contre vous. Elle a toujours eu de l’estime pour vous, mais sauf votre respect, vous ne pouvez lui offrir ce qu’elle recherche.
-          Et que recherche-t-elle, si je puis me permettre ? Questionna Girodelle, qui commençait à comprendre qu’il se tramait bien plus que ce que tout le monde pensait entre Oscar et son ancien valet.
-          La considération. Toute sa vie, on lui a demandé l’impossible. On lui a demandé de vivre une vie qui n’aurait pas dû être la sienne. Et, par amour et respect pour son père et son honneur, elle s’est pliée à cette exigence, allant jusqu’à y sacrifier son bonheur. Et aujourd’hui, alors qu’elle commence à se rendre compte que notre monde est sur le point de changer, elle se dit qu’elle n’a pas le droit de changer, qu’elle doit rester le fier et implacable Colonel, sous peine de se voir retirer les seuls privilèges que cette mascarade lui a octroyés : son indépendance et son droit de pouvoir s’exprimer. Ne croyez pas que je fais preuve d’irrespect à votre égard. Je connais Oscar depuis si longtemps. J’ai appris à déchiffrer ses pensées, même si elle ne me parle pas. Et si je reste près d’elle obstinément, en plus de la protéger, c’est pour qu’elle ne perde pas la seule personne qui la considère pour ce qu’elle est.
-          Je ne vous en veux pas du tout, André, au contraire, je vous envie. Vous avez su la comprendre là où tous les autres, moi y compris, ont échoué. Vous avez beau ne pas être noble, si quelqu’un peut prétendre à Oscar, je crois que ce serait vous…
-          Mais, l’interrompit André, je ne souhaite prétendre à rien ! Je me contente d’être ce qu’elle acceptera de moi : un ami et compagnon fidèle.
-          Ne jurez jamais de rien, André. Après tout, c’est la Saint Valentin aujourd’hui. Et si ma tentative s’est soldée par un échec cuisant, qui dit qu’il en serait de même pour vous ? »
Interdit, André ne sut que répondre. Il n’en eut d’abord pas le loisir, les deux hommes étaient arrivés aux grilles du château de Versailles.
« C’est ici que nos chemins se séparent, André. Je vous souhaite bonne chance et bonne fortune, mon cher, qui sait ce qui peut arriver ? »
Et sur ces paroles énigmatiques, Girodelle s’avança dans la grande allée, laissant un André perplexe. Ce dernier reprit la route de Paris, en continuant à se demander ce que ce bougre de Girodelle pouvait bien penser qu’il allait se passer. Saint Valentin ! Et puis quoi encore ! Il n’avait décidément rien compris s’il croyait qu’Oscar entre toutes pouvait en avoir quelque chose à faire de la Saint Valentin !
 
Le soleil commençait déjà à se coucher lorsqu’André put enfin aller voir Oscar dans son bureau comme elle le lui avait demandé ce matin. Il se demandait de quoi elle pouvait bien vouloir lui parler, eux qui n’avaient presque rien échangé d’autre que des banalités depuis leur arrivée aux Gardes Françaises.
Après qu’il eut frappé et qu’elle l’eut fait entrer, Oscar, de la voix la plus aimable qu’elle avait eue depuis longtemps, le fit asseoir face à la cheminée. Elle prit place dans le fauteuil en face du sien, et, pendant de longues minutes, ils restèrent tous deux silencieux, appréciant simplement le fait d’être là, presque comme au temps de leur amitié sans nuages, devant la cheminée du domaine des Jarjayes.
Pour briser la glace, André commença :
« Ne t’en fais pas pour Girodelle, il est bien rentré à Versailles. Les gars avaient tous regagné leurs quartiers quand je suis rentré. Je suis venu directement ici. J’espère qu’ils ne t’ont pas causé trop de misère après la scène de ce matin. »
A sa grande surprise, Oscar étouffa un petit rire.
« Non. Crois-le ou pas, c’est Alain qui a sauvé la situation. Il s’est si bien moqué de Girodelle et de sa déclaration stupide que les autres avaient plus pitié de moi qu’autre chose. Et je les ai si peu ménagés lors de l’entraînement de cet après-midi que je défie n’importe lequel d’entre eux de croire que je pourrais… disons partager les inclinations soi-disant illicites de Girodelle.
-          Les pauvres, j’espère que tu ne les as pas trop malmenés quand même ! Mais je vous reconnais bien là, toi et Alain ! Quand je te disais que ce n’était pas un mauvais bougre, rit André.
-          Il va falloir que je l’accepte, tu as toujours raison, fit Oscar, bonne joueuse. Et de plus, continua-t-elle en baissant les yeux, je n’en veux pas à Girodelle. En fait je devrais plutôt lui dire merci.
-          Le remercier ? Mais de quoi ? Ne me dis pas que tu vas accepter sa proposition finalement ? » Tout à son étonnement, André s’était levé, comme frappé par la foudre. Oscar, pour le calmer, se leva également, et, en posant une main sur son bras lui dit ;
« Bien sûr que non, ne sois pas ridicule. Tu me vois mariée avec Girodelle ? Je ne pourrai jamais vivre cette vie-là. Et malgré l’amitié que je lui porte, je ne l’aime pas. Et même si c’est contraire à tout ce qui se fait à Versailles, je n’épouserai pas un homme que je n’aime pas.
-          Et donc tu te condamnes à n’épouser jamais personne, osa dire André. Car nous savons tous deux que le seul qui trouve grâce à tes yeux ne sera jamais libre…
-          Encore Fersen ! cracha Oscar. Bon, ajouta-t-elle, déterminée. Il est temps de tuer une bonne fois pour toute cette chimère. »
Et, devant un André plus stupéfait que jamais, elle se rassit, et commença une longue tirade, sans le regarder :
« J’ai cru que j’aimais Monsieur de Fersen. Sincèrement je l’ai cru. Mais j’ai trompé tout le monde, moi la première. Il était si facile de me dire que je l’aimais ! Car je savais que ce ne serait jamais réciproque. Je pouvais expérimenter sans crainte de la moindre conséquence tout ce par quoi les jeunes filles amoureuses passent : les songes, les soupirs, la mélancolie… Mais j’aurais été bien ennuyée si Fersen y avait répondu ! C’est d’ailleurs ce qui a été le premier déclic. Lorsqu’il a fini par comprendre que c’était moi à ce fichu bal, et qu’il est venu me voir à Jarjayes, j’ai eu la peur de ma vie. J’ai eu peur que finalement il veuille de moi, et là qu’aurais-je fait ? J’aurais eu l’air bien stupide de devoir lui avouer qu’en fait je m’étais joué une comédie ! Heureusement pour moi, il restera toujours fidèle à la Reine. Et le second déclic, je l’ai eu le même soir, lorsque tu m’as asséné cette fameuse phrase qui m’a mise hors de moi…
-          Oh Oscar, jamais je ne pourrai suffisamment m’excuser…
-           Non ! Coupa Oscar. Je ne veux plus d’excuses. Je t’ai pardonné depuis longtemps. Et à vrai dire, ce ne sont pas tes paroles que j’ai eu à te pardonner, seulement ton geste violent. Tes paroles étaient vraies, je ne voulais seulement pas les entendre à l’époque. Il me fallait à tout prix tuer la femme en moi. Celle qui avait commencé à vouloir éprouver des sentiments, à dégeler ce cœur qui ne pourrait jamais être offert à quiconque…Quant à ton geste, je te le pardonne bien volontiers, surtout que le plus important est que tu ne sois pas allé au bout. Tu as su me respecter et t’arrêter à temps. Je reste persuadée qu’un autre à ta place n’en aurait pas fait autant.
-          Merci Oscar. Merci du fond du cœur. Toutes les nuits, cette scène me tourmente encore. Tu ne pouvais me faire de plus beau cadeau que ton pardon sincère. »
Le sourire que lui fit Oscar le désarçonna encore plus que tout le reste. Jamais elle ne lui avait souri comme ça. Jamais elle n’avait souri comme ça tout court, à qui que ce soit, il en était sûr.
« Et Girodelle dans tout cela ? Se souvint André. Tu ne m’as pas dit pourquoi tu lui étais reconnaissante, finalement Serait-ce parce qu’Alain a fini par te faire voir le côté comique de la situation ? fit-il sur le ton de la plaisanterie.
-          Non, dit Oscar en levant les yeux au ciel. C’est bien plus que cela, continua-t-elle en détournant à nouveau le regard. Il m’a malgré lui fait prendre conscience d’une chose essentielle. D’une chose que j’ai toujours sue, mais que par peur, et par orgueil j’ai toujours refusé de voir et d’admettre. Je n’aime pas Fersen, André, mais il y a quelqu’un d’autre, le seul au monde que je ne puisse jamais aimer. Le seul qui me connaisse réellement, qui a déjà vu mon cœur et mon âme à nu… Le seul qui puisse parvenir à me faire renier les satanés principes dont mon père m’a empli le crâne à coups de sermons et de taloches… »
Elle s’interrompit, la voix brisée. André, quant à lui, la regardait sans oser comprendre. Voyant qu’il ne dirait rien tant qu’elle n’aurait pas exprimé clairement le fond de sa pensée, Oscar reprit :
« Tu ne dis rien André ? Ne devines-tu pas ? Elle se leva, osant enfin le regarder dans les yeux. Une nouvelle étincelle allumait son regard, rendant le bleu de ses yeux encore plus lumineux. C’est toi André. Ça a toujours été toi. Et ce sera toi, pour l’éternité. Je me moque que tu ne sois pas noble, que tu n’aies pas un sou en poche. Je me moque de mon rang, de mon grade, de mon père, je me moque même du Roi et de la Reine !»
Le visage d’Oscar irradiait à présent de fierté, comme si elle défiait quiconque de se mettre sur son chemin. Rien ne semblait pouvoir arrêter son monologue. André, cloué sur place, la laissa continuer.
« Je t’aime André. Je t’aime et si tu le veux toujours, ensemble nous arracherons notre part de bonheur au destin. Je me fiche de ce que les gens diront, s’il faut mentir, nous cacher, nous enfuir, je le ferai sans une arrière-pensée. Je sais que jamais tu n’exigeras de moi que je devienne une de ces poupées dociles qui attendent sagement leur mari en se pavanant avec leurs amies. »
A ces mots, André eut un rire au milieu de ses larmes. Car son visage, toujours incrédule, était à présent baigné de larmes. Pourtant, il n’osait toujours pas esquisser le moindre geste envers elle. Oscar comprit qu’après s’y être brûlé la dernière fois, il lui laisserait entièrement la responsabilité de ce qui allait se passer. Le premier pas et la décision lui appartenaient.
Elle continua néanmoins :
« Je ne te demanderai qu’une seule chose. Cesse d’être mon valet. Cesse d’être mon ombre. Deviens la lumière avec moi. Même si personne ne le reconnait, sois mon égal. Au moins avec moi. Ne me demande plus l’autorisation de faire ce que tu veux. Je ne veux plus d’un serviteur à mes côtés, même si cela fait bien longtemps que tu es mon ami, et non mon serviteur. Ce que je veux, c’est un compagnon, qui m’accepte avec mon foutu caractère, mais aussi qui soit comme moi. Tu me laisseras te servir aussi, tu iras où bon te semble, nous déciderons ensemble de notre vie. Je refuse désormais que tu obéisses au moindre ordre. Personne n’a à t’en donner, par plus qu’à moi. Ce sera ma seule exigence. Ensemble, nous réapprendrons tout. Moi à t’aimer enfin comme tu le mérites, et toi à être un homme libre. Qu’en dis-tu ? Je m’en remets à toi.
-          Oh Oscar ! osa enfin dire André. Je n’arrive pas à y croire ! J’ai l’impression que le sol va s’ouvrir sous mes pieds. Puis-je vraiment y croire ? Est-ce réel ?

*** Lady Oscar Lady Oscar ***



Dernière édition par Nicole le Sam 2 Mar 2019 - 15:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladyoscar-andre.forumactif.fr
Nicole
Fondatrice / Administratrice
Nicole

Féminin
Age : 35
Nombre de messages : 2041
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: Fic 9 : Merci Girodelle ! de Sabrina   Mar 12 Fév 2019 - 9:15

-          Je sais qu’après toutes les horreurs que je t’ai dites et la façon dont je t’ai traité, ce revirement paraît incroyable, admit Oscar. Mais crois-le. Je t’aime, André, je t’aime plus que tout, et je veux vivre cet amour. Je ne veux plus le refouler, tu as droit au bonheur et moi aussi. Nous avons assez donné de notre vie tous les deux pour satisfaire les caprices de notre entourage. A présent, à nous d’être heureux. »
Sur ces mots, Oscar s’approcha d’André et posa ses deux mains à plat sur son torse. Hésitante, elle leva la tête et plongea ses yeux dans l’unique œil d’André. Ce qu’elle y lut la fit presque chavirer. Si l’expression d’un amour pur et inconditionnel pouvait se matérialiser, elle prendrait la forme et la couleur de cet œil. Doucement, sans se quitter des yeux, leurs visages se rapprochèrent lentement, jusqu’à ce qu’enfin, leurs lèvres se rencontrent, dans un baiser très léger et très doux, comme si l’un et l’autre n’osaient aller plus loin.
Ce ne fut que quand ils se séparèrent, et leurs regards se croisèrent à nouveau qu’André lut dans les yeux d’Oscar tout l’amour qu’elle lui réservait. N’y tenant plus, il l’entoura de ses bras, la plaqua contre lui et l’embrassa enfin avec toute la passion qu’il contenait depuis toutes ces années. Emportée à son tour, Oscar s’accrochait à ses épaules comme à une bouée de sauvetage. Elle ne voulait pas que cela s’arrête, jamais. Et elle se maudissait intérieurement d’avoir attendu aussi longtemps. Maintenant qu’elle s’était abandonnée à ce baiser, jamais plus elle ne pourrait s’en passer. Lorsqu’ils s’interrompirent pour reprendre leur souffle, ce fut elle qui prit l’initiative d’un autre baiser. Celui-ci fut encore plus fougueux que le précédent. André s’enhardit à caresser le dos d’Oscar, tandis que de sa langue, il franchissait la barrière de ses lèvres. Avec un gémissement consentant, elle le laissa faire, répondant maladroitement, mais avidement, à son baiser. De plus en plus transporté, André enroula ses bras autour des cuisses d’Oscar et la souleva de terre. Instinctivement, la jeune femme resserra sa prise autour de la taille d’André. Sa bouche s’attaquait maintenant à son cou, alors qu’elle enfouissait des deux mains dans ses cheveux, pour l’inciter à continuer. André se laissa choir sur un fauteuil, entraînant Oscar avec lui. Celle-ci se trouvait à présent à califourchon sur lui, haletante de désir. Ce fut un coup frappé à la porte du bureau qui les interrompit. Interdite, Oscar se leva d’un bond, vite suivie par André. Ce dernier alla se placer bien doit devant le bureau, tout en lissant sa veste d’uniforme. Oscar fit de même avec sa chemise, puis, espérant que l’importun qui venait de frapper ne verrait pas son trouble, alla ouvrir.
C’était le lieutenant d’Alembert. S’il remarqua quelque chose d’étrange, il n’en laissa rien paraître.
« Mon Colonel, dit-il, je suis venu vous demander la permission de me retirer chez moi. J’ai effectué le tour de la caserne, tout semble en ordre. Demain étant dimanche, la plupart des soldats sont rentrés chez eux. Ceux qui restent de garde sont dans la salle commune.
-          Très bien, lieutenant, vous pouvez vous retirer, répondit Oscar, passez une bonne soirée. »
Soulagée, elle referma la porte dès que d’Alembert eut tourné les talons.
« Il était moins une, Oscar, dit André. Je vais moi aussi me retirer, je ne voudrais pas t’attirer des ennuis. Bien que je ne sois pas de garde, je vais aller rejoindre les autres, il est trop tard pour que je rentre à Jarjayes.
-          Et après ce qu’il s’est passé tu comptes me laisser seule ici ? tempêta Oscar, maintenant rouge de colère.
-          Mais Oscar, ce ne serait pas raisonnable si je restais. Imagine qu’on nous surprenne…
-          N’as-tu rien compris ? Je me moque éperdument qu’on nous surprenne ! Si j’ai fait en sorte que d’Alembert ne remarque rien, c’était pour ne pas avoir à fournir d’explications ce soir ! Je voulais nous ménager un peu de temps ! Nous sommes des adultes, bon sang ! Et je n’ai aucune intention de me cacher ! Je n’ai pas honte de notre relation et je défie quiconque d’y trouver quoi que ce soit à redire ! »
André sourit, attendri et fier à la fois. C’était bien d’Oscar, ça. Dès qu’elle prenait une décision, il fallait que celle-ci s’applique immédiatement. Oscar de Jarjayes ne remettait jamais rien au lendemain ! Elle le toisait, comme pour le mettre à l’épreuve. Tout avait été dit, il était temps à présent de lui prouver la force et la réalité de son amour par des actes concrets.
« Cette fois c’est toi qui as raison Oscar, fit-il en se rasseyant sur le fauteuil. Il lui tendit la main et l’entraîna à sa suite, de façon à se qu’elle se retrouve assise sur ses genoux. A vous de jouer à présent, mon Colonel, ajouta-t-il, taquin. Que souhaitez-vous faire ce soir ? Pour ma part, je dois avouer que je me sentirais parfaitement comblé si je pouvais simplement passer la soirée ainsi, à vous sentir tout contre moi… Tout en parlant, il l’avait enlacée tendrement.
-          Que nenni soldat ! répondit Oscar, entrant dans son jeu. Nous avons perdu tant d’années à cause de mon stupide orgueil. Je n’y connais peut-être rien du tout, mais je n’ai aucunement l’intention de passer la nuit à discuter sagement au coin du feu comme deux adolescents. Nous avons une opération de plus grande envergure à mener ! »
Sur ces paroles, avec son aplomb légendaire, elle se leva, et, le regard planté dans le sien, elle commença à lentement déboutonner sa chemise. Puis, sans ménagement, elle fit tomber le vêtement à terre. Médusé par son audace, André la vit ensuite s’attaquer avec détermination aux bandes qui lui enserraient la poitrine. Celles-ci eurent tôt fait de rejoindre boule de tissu froissé que formait à présent la chemise sur le sol. Avec stupeur, il vit ainsi apparaître son aimée dans toute sa splendeur. Sans avoir à se détourner, il put admirer ses deux petits seins blancs, qui reprenaient doucement leur forme, après avoir été si impitoyablement comprimés. Face à ce spectacle qui dépassait ses rêves les plus fous, il eut un dernier réflexe de prudence. Détachant avec peine ses yeux de sa promise, il se dirigea vers la porte qu’il verrouilla d’un geste vif. Puis, il se retourna vers Oscar, pleinement décidé à profiter du moment présent.
Lentement, il vint se placer derrière elle, et commença à laisser s’aventurer ses mains le long de ses côtes. Encouragé par un gémissement à peine audible, il se laissa aller à caresser son ventre plat, puis enfin, retenant son souffle, il emprisonna ses deux seins dans ses paumes. Il ne pouvait presque y croire, tant c’était agréable. Sa peau si douce, si fine, ses petits seins qui semblaient faits pour épouser la courbe de ses mains, ses deux petites pointes roses qui durcissaient sous l’effet de ses caresses… C’en était presque trop.
Mais pas assez pour Oscar. Elle se retourna d’un mouvement impatient et, se collant à André, lui passant les bras autour du cou, elle l’entraîna dans un baiser si intense qu’il les laissa pantelants tous les deux.
« Il y a une chose qui ne va pas, soldat. Murmura-t-elle d’une voix rendue plus grave par le désir. Pourquoi suis-je la seule à être à demi dévêtue ici ? Il va vous falloir adopter le code vestimentaire désigné par votre supérieur ! »
Puis, joignant le geste à la parole, elle fit prestement tomber à terre la veste d’uniforme d’André. Et, avec des gestes malhabiles et empressés, elle s’attaqua aux boutons de sa chemise. Fou d’amour, André la laissait faire, tout en en profitant pour essayer de regagner un peu de contrôle. Il la désirait depuis si longtemps, mais il s’agissait de faire de leur première fois un moment inoubliable, et surtout, de faire en sorte qu’elle puisse en retirer tout le plaisir qu’il mourait de lui donner depuis si longtemps. Mais lorsqu’elle posa ses mains à plat sur son torse désormais nu, il ne put empêcher un délicieux frisson. L’attirant tout contre sa poitrine, il se dit qu’il n’avait jamais rien ressenti d’aussi délicieux que la sensation de sa peau contre la sienne.
« Il serait peut-être temps que ma chambre de fonction serve enfin à quelque chose ? hasarda Oscar en rougissant.
-          A vos ordres, mon colonel ! » répondit André. Il plaça un bras autour de ses épaules, le deuxième sous ses genoux, et, comme si elle ne pesait pas plus lourd qu’une plume, il la souleva comme une jeune mariée. D’un coup de pied, il ouvrit la porte qui séparait le bureau d’Oscar d’une chambre dans laquelle elle n’avait même jamais dormi.
Avec douceur, il la déposa sur le lit et s’écarta pour la contempler.
« Tu es vraiment magnifique Oscar, lui dit-il d’une voix qui transpirait l’amour. Plus belle encore que ce que j’aurais pu imaginer. Et crois-moi, te concernant, j’ai une imagination débordante ! »
Oscar eut un petit rire. « Tu ne vas tout de même pas passer la nuit à me regarder ? » le défia-t-elle.
Souriant, André s’agenouilla au pied du lit. Attrapant une jambe, puis une autre, il entreprit de lui ôter lentement ses bottes, puis ses bas. Tenant un pied entre ses mains, il y déposa un chapelet de baisers, remontant ainsi jusqu’au creux du genou. La chatouille lui arracha un gloussement. Il s’interrompit alors, se pencha pour enlever lui aussi ses bottes, et s’allongea doucement à côté d’elle. Mus par un accord tacite, leurs deux corps se soudèrent, et ni l’un ni l’autre n’auraient pu dire combien de temps ils passèrent ainsi, peau contre peau, à s’embrasser comme si leur vie en dépendait.
Puis, alors que leurs caresses commençaient à se faire sentir plus urgentes, André quitta la bouche d’Oscar pour descendre dans son cou, tout en ayant d’abord suivi la ligne de sa mâchoire. Pour l’encourager, cette dernière s’agrippa encore plus fort à ses épaules, puis laissa une des ses mains descendre sur les fesses de son amant, qu’elle caressait à travers ses culottes.
Surpris par son audace, André prit néanmoins ceci comme un signe qu’Oscar lui permettait d’aller plus loin. De son cou, il passa ainsi à la clavicule, puis aux épaules. Lentement, pour ne pas l’effrayer, il osa enfin poser sa bouche sur son sein gauche. Il laissa courir sa langue tout autour, puis, enfin, captura le mamelon tendu entre ses lèvres. A ce contact, la jeune fille se cambra, et affirma encore sa prise sur le postérieur d’André. Celui-ci passa alors du sein gauche au sein droit, avec toujours le même émerveillement, sa peau était encore plus délicieuse à goûter qu’à toucher. Il semblait ne jamais pouvoir se rassasier d’elle, et ce n’était pas pour déplaire à la principale intéressée !
Mais bientôt, même ces caresses se semblèrent plus les satisfaire. En l’interrogeant du regard, André demanda à Oscar la permission muette de glisser une main dans ses culottes. Sans lui répondre, elle s’écarta légèrement de lui pour lui faire comprendre son accord. Elle ne put toutefois réfréner un petit mouvement de recul lorsqu’elle sentit sa main entrer en contact avec l’endroit de son anatomie que nul à part elle n’avait jamais touché.
Mais d’un simple regard, il sut la rassurer, comme il l’avait toujours fait, d’ailleurs. Depuis leur plus tendre enfance, André n’avait jamais eu besoin de mots pour lui faire comprendre qu’elle pouvait avoir une totale confiance en lui. Lorsqu’il la sentit se détendre, il osa enfin bouger sa main. Et Oscar ne fut ensuite plus que soupirs et gémissements. Jamais elle n’aurait imaginé qu’on pouvait ressentir cela avec de simples caresses ! André la sentait onduler de plus en plus sous sa main. Il prit alors l’initiative de lui retirer ses culottes. Instinctivement, Oscar souleva les hanches pour lui prêter main forte. Elle n’eut pas le temps de manifester sa timidité face à sa soudaine nudité totale qu’elle sentit la bouche d’André là où s’était précédemment trouvée sa main.
Surprise elle se redressa et s’exclama : « André, mais que… 
-          Chut ! répondit ce dernier avec un sourire. Tu me fais confiance, n’est-ce pas ? Jamais je ne te ferai quelque chose d’inconvenant, tu le sais ? »
Oscar hocha la tête.
« Si quoi que ce soit ne te plait pas, il te suffit de me le dire, je m’arrêterai sur le champ, continua André. »
Puis, voyant qu’elle lui souriait à nouveau, il reprit ses caresses là où il les avait arrêtées. Et cette fois, Oscar en profita pleinement, découvrant ainsi à quel point il était agréable de se laisser aller ainsi, sans penser à rien d’autre qu’à son plaisir.
André se montra particulièrement attentionné, et finalement, loin de la choquer, ce baiser si intime la faisait entrer dans un monde de bien être et de volupté qu’elle n’avait jamais soupçonné. Alors qu’elle sentait des vagues de chaleur de plus en plus puissantes monter en elle, Oscar attrapa des deux mains la tête d’André comme pour lui interdire de s’arrêter. Et soudain, arriva une vague qui submergea tout. Oscar fut secouée de tremblements, son corps se souleva, et, dans un cri, elle retomba sur le matelas, alanguie de plaisir.
Heureux de constater la jouissance de sa partenaire, André se hissa à sa hauteur, et l’enveloppa toute entière de ses bras. Serrée contre lui, elle avait presque l’air d’une petite chose fragile qu’il lui faudrait protéger.
« Tout va bien mon amour ? lui demanda André.
-          Tout va mieux que bien, lui répondit Oscar. Je… je ne savais pas qu’on pouvait ressentir tout ça… sans même être allés jusqu’au bout de… enfin tu sais… articula-t-elle, retrouvant soudain sa timidité de jeune vierge.
-          Te voir ainsi comblée fait tout mon bonheur. Rien que de te tenir dans mes bras comme ça, de me sentir libre de pouvoir t’embrasser, te toucher… Tu ne peux pas savoir l’effet que tu me fais !
-          Alors montre-moi, insinua-t-elle, retrouvant son air bravache.
Et sur ce, elle commença à le toucher timidement à travers l’étoffe de ses culottes, devenues pour le coup bien trop étroites.
-          Tu en est sûre Oscar ? On peut s’arrêter là pour ce soir, rien de nous oblige à…
-          Silence soldat ! intima Oscar, l’air faussement autoritaire. Auriez-vous la lâcheté de ne pas achever votre leçon ?
-          Ma courageuse petite Colonelle, répondit André, touché et reconnaissant.
Ainsi encouragé et ne pouvant pas attendre une seconde de plus, André se redressa pour retirer ses culottes. Il resta un instant immobile pour qu’Oscar puisse le voir, et éventuellement lui laisser encore une dernière chance de changer d’avis. Mais elle n’en avait aucune intention, bien au contraire ! La vue du corps nu de son amant acheva de l’exciter. André était si beau ! Comment ne s’en était-t-elle jamais aperçue auparavant ? Certes, elle lui avait souvent envié sa haute stature, et sa musculature développée que, malgré tous les entraînements auxquels elle s’était astreinte, elle n’avait jamais pu égaler. Mais c’était entièrement différent de le voir aujourd’hui, penché au-dessus d’elle, avec ce sourire si débordant d’amour, et ce regard vert si profond qu’il semblait la transpercer de part en part.
Elle lui rendit son sourire, espérant y mettre autant d’amour qu’elle en avait lu dans le sien. Rassuré, André osa enfin peser sur elle, s’insinuant entre ses cuisses. L’espace d’une seconde, Oscar eut une brève réminiscence de ce soir maudit qui avait failli tout gâcher entre eux. Involontairement, elle se raidit. Sentant la caresse de sa main sur sa joue, elle se reprit : il y avait une différence de taille ce soir : elle était parfaitement consentante. Et elle retrouva bien vite la certitude que jamais André ne lui ferait de mal. La preuve était que même ce soir-là, il avait su reprendre le dessus sur ses pulsions alors qu’elle était à sa merci.
Pour lui signifier que tout allait bien, elle écarta plus grand ses cuisses, et l’attira encore plus près en passant ses bras autour de ses épaules. Elle le sentit alors s’immiscer en elle, lentement, mais fermement. Lorsqu’il sentit la déchirure caractéristique, il s’immobilisa. Oscar poussa un petit cri de douleur. C’était donc cela que l’on ressentait la première fois ! Elle avait toujours entendu parler de cette douleur comme quelque chose de terrible, lorsque par inadvertance elle surprenait ce genre de conversation à Versailles. Nul ne l’en avait jamais instruite, elle qui était supposée vivre et se comporter en homme. Mais force était de constater que, si la douleur était certes réelle, elle n’était pas si terrible. Elle s’estompait même de plus en plus, tant et si bien qu’Oscar commençait à se demander pourquoi André restait sans bouger. Elle prit alors l’initiative de remuer timidement les hanches. Surpris, André eut un sourire soulagé, et, posant ses mains à plat sur le lit de part et d’autre de la tête d’Oscar, il lui donna un baiser, et entama un lent mouvement de va et vient. Rapidement, la jeune fille s’habitua à sa présence, et la douce chaleur éprouvée plus tôt ne tarda pas à se réveiller au plus profond de ses entrailles. André, éperdu, ne la quittait pas du regard. Elle était belle à en pleurer ! Voyant qu’elle commençait à prendre du plaisir, il s’enhardit à s’enfoncer un peu plus profondément, et à accélérer le mouvement.
Cela eut pour effet d’arracher un gémissement à Oscar qui fit presque perdre tous ses moyens à son partenaire. Son naturel prenant le dessus, Oscar les fit basculer d’un coup de rein. Elle se retrouva ainsi au-dessus de son amant, en position de force. Prenant encore plus confiance, elle se redressa et commença à bouger doucement, s’enfonçant ainsi jusqu’à la garde sur le membre tendu de son aimé. André crut devenir fou. Lui qui avait déjà toutes les peines du monde à se contenir précédemment, dut fournir un effort quasi surhumain pour ne pas perdre la tête à la vision de son aimée, qui se mouvait sur lui, telle une splendide amazone. Il avait encore du mal à y croire. A croire qu’il était bien avec Oscar, en Oscar ! Mais comme il aimait cette fougue et cette assurance ! Outre le fait de décupler son désir, le fait de la voir mener ainsi leurs ébats le rassura pleinement : ce n’était pas un abandon passager de sa part et, plus important encore, il n’avait pas tué la fière guerrière en elle en la prenant de la sorte. C’est donc avec une totale insouciance qu’il put se concentrer sur la vision de sa blanche poitrine qui se balançait au rythme lent de ses hanches et qui était plus merveilleuse que tout ce qu’il avait pu imaginer.
Il posa alors ses deux mains sur ses hanches, afin d’accompagner son mouvement. Ils étaient si bien ainsi, perdus l’un dans l’autre, dans un combat ancestral mais pourtant nouveau, les yeux plongés dans les yeux, comme si de leurs regards, ils cherchaient à transpercer leurs âmes.
N’y tenant plus, André la rapprocha de lui afin de coller son buste au sien, et l’embrassa à pleine bouche. Dans ce baiser, il lui transmit toute la force de son amour et de son désir pour elle. Puis, affermissant sa prise sur ses hanches, il se mit à accélérer sensiblement le mouvement, ponctuant chaque à coup d’un « je t’aime » susurré tout contre sa bouche. Oscar était prise d’une telle frénésie que le souffle lui manquait pour lui répondre. Il allait si vite, et cette sensation de chaleur intense déjà éprouvée une fois revenait de plus en plus vite, et mille fois plus puissante. André la sentit se tendre à l’extrême au-dessus de de lui. Il se concentra encore plus sur son plaisir à elle, tenant absolument qu’elle atteigne l’extase la première.
La sentant toute proche, il reprit sa bouche dans un baiser passionné et soudain, elle retomba sur son torse dans un râle, vaincue par le plaisir. Heureux et satisfait, André put enfin penser à lui, et la délivrance ne fut guère longue. Epuisé, il eut tout juste la force de remonter sur eux le drap, et de la caler bien confortablement dans ses bras.
Oscar, encore sous l’effet de la jouissance, gardait les yeux fermés, et, du bout des doigts, traçait des lignes imaginaires sur le torse de son amant. Ce dernier, comblé, lui caressait amoureusement les cheveux.
« C’est donc cela, murmura finalement Oscar. C’est cela que l’on ressent lorsqu’on est uni à celui que l’on aime.
-          Oui, répondit André. Et je suis convaincu que ça n’a jamais été aussi merveilleux pour qui que ce soit avant nous. »
-          Pourras-tu un jour me pardonner ma sottise et mon égoïsme ? Comment ai-je pu croire que l’amour était une faiblesse ? Alors qu’il sera notre plus grande force ? Combien d’années mon entêtement nous aura-t-il coûtées ?
-          Ne pense plus au passé, c’est inutile. Tu l’as dit toi-même, nous allons nous battre pour être heureux ensemble désormais. Pense plutôt à ces années de bonheur qui nous attendent.
-          Oh mon amour, comme je t’aime ! souffla-t-elle d’une voix brisée par l’émotion.
-          Redis-le encore, appelle-moi encore ton amour, supplia André. Si tu savais combien de fois tu me l’as dit dans le secret de mes songes…
-          Mon amour, oh mon amour, répéta Oscar, comme une litanie entrecoupée de doux baisers, je t’aime tant mon amour. Et ma prochaine mission sera de te le dire mille fois chaque jour, pour que jamais plus tu n’en doutes. »
Il sentit son sourire contre sa poitrine, et ferma les yeux, avec un soupir de plénitude.
« Dis, tu te fiches de moi ? s’indigna Oscar en lui assenant un léger coup dans les côtes.
-          Co… Comment ? Que veux-tu dire ? Demanda André, interloqué.
-          Tu viens de me faire découvrir des sensations comme jamais je n’avais pu croire qu’il en existait, et maintenant tu comptes t’endormir ? Moi qui pensais que ton amour pour moi ne connaissait pas de limites, n’était-ce finalement que du vent ? continua-t-elle d’un air espiègle. On recommence ! »
Et sur ces paroles, elle se remit sur lui et commença à recouvrir son corps de baisers, bien décidée à ne pas être en reste dans les jeux de l’amour auxquels André venait de l’initier.
Pouvant à peine croire en sa bonne fortune, André ne fut pas long à lui répondre.
« C’est la meilleure Saint Valentin de ma vie ! » parvint-il à articuler avant de se laisser emporter.
 
Quelques heures plus tard, dans le bureau du Colonel de Jarjayes, on entendit le bruit d’une fenêtre qui coulisse lentement vers le haut, suivi d’un juron, et de deux silhouettes qui se glissent péniblement par ladite fenêtre. La pleine lune éclairait la pièce presque aussi bien qu’en plein jour. C’était une nuit idéale pour une petite expédition.
« Dis Alain, tu es sûr qu’on ne risque pas de se faire prendre ?  Questionna une première voix légèrement affolée.
-          Mais non Lassalle, répondit Alain, sûr de lui. Tu sais bien que le Colonel ne reste jamais dormir à la caserne. Il doit être bien gentiment chez lui à l’heure qu’il est, ne se souciant pas le moins du monde de nous autres.
-          Mais quand même, s’il découvrait qu’on est venus et qu’on lui a piqué une bouteille de vin, on risque d’avoir des problèmes…
-          On a des problèmes que si on se fait prendre, dit Alain, agacé. Et comme on ne se fera pas prendre… »
Alain ne termina pas sa phrase. Il venait de marcher sur un morceau de tissu sombre qui gisait au milieu de la pièce.
« Qu’est-ce que c’est que ça ? grogna-t-il. Mais… c’est une de nos vestes d’uniforme !
-          Oui, fit Lassalle, c’est bizarre… et là, une chemise… On dirait plutôt celle du Colonel… Et ça… on dirait un bandage… un très long bandage même…
-          Mais celle-là, dit Alain en ramassant un autre morceau de tissu, c’est une chemise de soldat. Je donnerais cher pour savoir ce qui se trame ici…
-          Regarde ! s’alarma Lassalle en saisissant le bras de son complice. La porte de la chambre est ouverte, on dirait qu’il y a quelqu’un !
-          Arrête tes bêtises ! murmura Alain. Si tu essaies de me faire peur, c’est raté. Qui veux-tu qu’il y ait ?
-          Je te jure, Alain, viens voir, on dirait le Colonel avec… avec quelqu’un !»
Alain s’approcha à pas de loup, et ce qu’il vit lui donna probablement le plus grand choc de sa vie. Le Colonel était bien dans son lit, couché sur le côté. Mais il n’y était pas seul ! Collé à lui, tout contre la masse cheveux blonds reconnaissable entre mille, on distinguait une autre masse, noire comme la nuit. Sans voir le visage de celui qui serrait ainsi le Colonel contre lui, Alain comprit vite à qui appartenaient la veste et la chemise d’uniforme abandonnées sur le sol.
Dans un éclair de lucidité, il poussa Lassalle vers la fenêtre, et tous deux s’empressèrent de sortir, en faisant bien attention à ne pas réveiller les deux dormeurs.
Une fois à l’abri dans un coin de la cour, ils osèrent enfin se regarder.
« Eh bien, commença Lassalle, jamais je n’aurais cru ça du Colonel…
-          En tout cas, ça explique l’attitude d’André envers ce cher Colonel, répondit Alain avec un sourire narquois.
-          André ? C’était André avec le Colonel ?
-          Mais oui idiot ! Je comprends mieux pourquoi il est si empressé auprès de lui et qu’il ne le quitte jamais des yeux. Bon sang, si j’avais imaginé ça ! Finalement, le spectacle de ce guignol de Girodelle ce matin n’était peut-être pas si anodin que ça !
-          Tu crois ? Tu crois que le Colonel… Avec ce type-là aussi ? Il avait pourtant l’air furieux ce matin ! Et cet après-midi aussi…
-          J’en sais rien Lassalle, avec les aristos, on peut s’attendre à tout, je l’ai toujours dit. Mais je serais plutôt d’avis que notre ami Girodelle est venu jouer les trouble-fête ce matin ! Mais visiblement cela n’a pas affecté outre mesure notre petit couple !
-          Qu’est ce qu’on va faire maintenant, Alain ? Tu crois qu’ils ont pu nous entendre ?
-          Aucun risque, ils dormaient du sommeil du juste. Pas étonnant après le sport auquel ils ont dû se livrer ! Et on ne fera rien du tout, que veux-tu qu’on fasse d’ailleurs ? On va se taire, finalement, ça ne nous regarde pas. Je ne vais cependant pas me gêner pour cuisiner l’ami Grandier dès que j’arriverai à le coincer… Il y a quand même des choses qui ne collent pas. Si j’ai toujours pensé son attachement envers le Colonel étrange, jamais je n’aurais imaginé ce cher André attiré par les hommes… Décidément, il y a anguille sous roche, et foi d’Alain, je saurai démêler tout ça !  Si tu es sage, je te raconterai ! Ce qui m’ennuie le plus, finalement, c’est qu’on va devoir annoncer aux autres qu’on revient bredouilles et que la nuit de garde va être nettement moins amusante… » acheva-t-il, avec une moue boudeuse.
Haussant les épaules, il entraîna un Lassalle toujours aussi ahuri vers la salle commune.
 
Le lendemain matin, ce sont les premières lueurs de l’aube qui tirèrent Oscar de son sommeil. Avec un sentiment de bien-être, elle s’étira de tout son long avant d’avoir un sursaut : elle ne reconnaissait pas la pièce. Où diable pouvait-elle bien être ? Certainement pas dans sa chambre à Jarjayes, pour commencer… Puis, se sentant observée, elle se retourna, et là, à la vue d’un André qui l’observait amoureusement, appuyé sur un coude, la mémoire lui revint d’un coup.
« Bien dormi, mon Colonel ? la salua-t-il avec un sourire enjôleur.
-          Je n’avais pas dormi aussi bien depuis des années, mon amour, ronronna Oscar en se collant à son compagnon. Je devrais peut-être passer la nuit à la caserne plus souvent, acheva-t-elle, mutine.
-          Ou alors m’accorder plus de permissions pour que je puisse t’accompagner lorsque tu rentres à Jarjayes ? continua-t-il sur le même ton. Quel est le programme aujourd’hui, mon Colonel ?
-          Si n’en tenait qu’à moi, nous ne bougerions pas d’ici, répondit Oscar d’une voix pleine de promesses. Cependant, si nous ne voulons pas subir les regards écarquillés et les quolibets de ton ami Alain et de sa bande, je suggère que l’on file discrètement à la maison avant de croiser quelqu’un. Après tout, nous sommes dimanche, cela devrait pouvoir se faire. Une fois arrivés, nous aviserons. Il va nous falloir un sacré plan de bataille si nous espérons nous en sortir sans créer de mutinerie dans la compagnie…
-          Ou pire encore, ne pas nous faire trucider par ton père…  Grimaça André…
-          Ah mon père… soupira Oscar. On ne peut jamais prévoir comment il va réagir… Aller, hauts les cœurs soldat, c’est parti pour la mission : extraction silencieuse de la caserne ! »
Et, avec un léger baiser pour André, elle commença à se lever. C’étais sans compter sur André, qui lui ceignit la taille des deux mains et la ramena contre lui.
« Pas sans un vrai baiser pour dire bonjour, dit-il, déterminé.
Oscar s’exécuta de bonne grâce, déjà complètement sous le charme de ce nouveau rituel matinal dont elle sentait qu’elle ne pourrait plus se passer à l’avenir.
« Merci mon amour, chuchota André à son oreille. Merci de m’avoir ouvert ton cœur, et merci pour cette nuit…
-[size=9]    
 -   Tu n’as pas à me remercier, André. Du moins pas moi ! fit-elle en riant. Si tu devais dire merci à quelqu’un, ce serait plutôt Girodelle ! Aussi pitoyable qu’était sa déclaration, elle aura au moins eu le mérite de m’ouvrir les yeux !
  - Alors si c’est ainsi, je ne manquerai pas de le remercier si d’aventure je venais à le croiser. Merci Girodelle ! » Conclut André en donnant un dernier baiser à Oscar.

*** Lady Oscar Lady Oscar ***

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladyoscar-andre.forumactif.fr
 

Fic 9 : Merci Girodelle ! de Sabrina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Pour pouvoir répondre aux messages, merci de devenir PullipLandais.
» Merci pour ton sourire
» Merci de nous signaler tout colis ou bagage abandonné
» Merci maitresse!!!
» merci Celine
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Jeux- RPG- défis- Trombinoscope. :: Concours Lady Oscar. :: Concours St Valentin. :: fics St Valentin-