Lady Oscar - André
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Lady Oscar - André

Forum site Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Sortie Nike : les nouvelles baskets Air Max Plus
Voir le deal
169.99 €

Partagez | 
 

 in extremis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TIGRESSE
Soldat Alain
Soldat Alain
TIGRESSE

Féminin
Age : 45
Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 20/07/2012

in extremis Empty
MessageSujet: in extremis   in extremis EmptyLun 11 Mar 2013 - 17:53

IN EXTREMIS

Prologue.


Un jour septembre, une jeune femme fit une rencontre qui la fit basculer dans la peur.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 1 : LE PREDATEUR

Une étudiante en droit voulant profiter de ses derniers jours fit un tour en ville lorsqu’elle fut abordée par un homme qui allait lui faire vivre un véritable enfer. En effet, alors qu’elle marchait tranquillement elle entendit une voix masculine l’interpeller, apparemment l’homme qui l’avait abordée en voiture était perdu, n’ayant pas entendu le moteur du véhicule elle sursauta.
- H : « Pardon mademoiselle, pourriez-vous m’indiquer la rue du coq hurlant ? on m’a dit que c’était entre la rue des fleurs et rue du diacre. »
- L : « C’est plutôt la rue des fleurs, mais quand on ne connaît pas ce n’est pas évident » Répondit-elle tranquillement.
- H : « Oui c’est vrai que ce n’est pas facile quand on ne connaît pas » Approuva-t-il en regardant son échancrure.
- L : « Ce n’est pas mon échancrure mais mes mains qu’il faut regarder pour voir les indications » Lui dit-elle en souriant, à cet instant elle vit un changement radical, il n’avait plus rien du voyageur perdu qui cherchait sa route et comprit qu’elle avait à faire à un pervers.
Sentant la main glacée de cet homme sur son sein droit elle le retira et tenta de partir lorsqu’il la retint par le bras et recommença.
-H : Reste ici ! , ça fait un mois que je te traque et là tu es enfin à moi.
- L : Lâchez-moi ! ordonna-t-elle.
- H : Non, j’ ai attendu ce moment depuis trop longtemps, un mois que je te vois traverser cette route, in mois que je t’observe sur ces berges à m archer, toujours entourée, maintenant que j’ai réussi à te trouver seule et à te bloquer je compte bien en profiter. Se Réjouit-il d’une voix, rauque. A cet instant il commença ses tortures.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHAPITRE 2 : L’ENFER

WARNING, CE CHAPITRE CONTIENT DES SCENES ET DES PROPOS VIOLENTS.

- H : « Tu sais que tu as de beaux petits seins , tu peux me les montrer ? » Fit-il en passant sa main sous son soutien-gorge, puis il caressa et suçota son sein gauche .
- L : « Non ! » Cria-t-elle en tentant de le gifler, l’homme lui ayant coincé les bras celle-ci se retrouva sans défense, elle tenta de se débattre en vain celui-ci avait pris l’avantage sur elle et tenta de lui retirer son soutien-gorge afin de voir ses deux seins nus, n’y arrivant pas il y passa sa main afin de déloger son autre sein et le manipula sans douceur puis le pinça et tira sur le mamelon afin de sentir la pointe sous ses doigts ,à cet instant il fit le tour de son mamelon , glissa vers le haut de son sein avec sa langue visqueuse puis le mordit avec hargne avant de pousser un cri de satisfaction.
- L : « Nooon, ! » hurla-t-elle.
- H : « Tais-toi » Ordonna-t-il en plaquant sa main sur sa bouche, puis continua sa perversion en la frottant contre la portière de sa voiture, ce qui eut pour effet de relever sa robe débardeur et de baisser sa culotte. Satisfait de son effet il continua et fit semblant de la libérer. Soulagée, elle courut puis s’arrêta pour se rhabiller, malheureusement ceci n’était qu’une ruse, il la rattrapa par la taille, alors qu’elle se débattait il la bâillonna de son autre main et la plaqua au mur, ce qui l’assomma. Celle-ci étant inconsciente, il en profita pour la bâillonner d’une lanière de cuir à laquelle était fixée une grosse bille de plomb et continuer ses attouchements ,la frotta contre sa portière ce qui lui baissa sa culotte, voyant qu’elle revenait à elle il la remit contre le mur. En reprenant conscience la jeune femme se rendit-compte qu’elle ne pouvait plus crier, paniquée, elle se débattu.
- H : « Ne bouge pas ! » S’énerva-t-il avant de recommencer son acte ignoble de plus en plus sadiquement, puis il la somma de descendre elle-même les bretelles de son soutien-gorge.

Dos à lui, Elle commença à obéir puis les remonta ainsi que sa culotte, ce qui le rendit fou de rage.

- H : « Enlève ça je te dis ! » ordonna-t-il en lui maintenant les bras le long du corps afin de les baisser.

Voyant la peur dans ses yeux le pervers eut un regard satisfait et continua ses attouchements sur ses seins dénudés.
- H : « Je te retire ton bâillon si tu me promets de ne pas crier ! » Elle fit oui de la tête en sachant qu’elle ne pourrait s’en empêcher de crier, celui-ci lui le lui avait à peine retiré le que celle-ci se mit à hurler.
- L : « Nooon ! »
- H : « Je t’avais dit de ne pas crier » S’emporta-t-il en plaquant sa main sur son cou, puis il l’attira de plus en plus et la pencha en avant afin de la voir complètement nue sous sa robe, ce qu’il vit l’excita et provoqua un cri de jouissance.., à cet instant il plaqua sa main sur son sein droit et poussa un cri rauque.
- H : « Laisse-moi faire ajouta-t-il doucement en lui suçotant le sein droit tout en le caressant.
- H : « Tu sais que t’es bonne toi, tu veux bien me sucer ? » Lui assena-t-il avec obscénité.
- L : « Non ! » Fit-elle en le défiant du regard, voyant qu’elle avait un bras libre se dégagea et commença à partir quand celui-ci la rattrapa brutalement.
- H : « Viens ici » S’emporta-t-il en lui saisissant les bras pour les bloquer contre l’appui-tête, et lui tirant le haut de son corps ce qui remonta sa robe jusqu’à mi-cuisse et descendit sa culotte et laissa voir son intimité, puis dans un mouvement de colère lui attrapa le bras gauche et tira son sein droit sans douceur, plaqua son pouce sur la pointe puis la pinça jusqu’à l’entendre supplier.
- L : « NON, JE VEUX PAS , arrêtez vous me faites mal, je ferais ce que vous voudrez mais par pitié ne me faites pas ça ! » Supplia-t-elle en voyant ce type prêt à l’attirer dans son véhicule pour en abuser.
- H : « Tu sais ce que je veux » Lui rappela-t-il en lui manipulant les lèvres sans douceur.
- L : « Nooon ». Hurla-t-elle à nouveau.
- H : « Tu le feras de gré ou de force »
- L : « Nooon »
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 3 : IN EXTREMIS

Au moment où celle-ci allait se retrouve dans la voiture de son agresseur où sa vie aurait été brisée par un viol elle entendit un moteur et un bruit de klaxon puis elle vit un véhicule à côté de celui de ce pervers, loin d’être déconcentré, le monstre continua ses attouchements sans la moindre gêne et se décala afin de faire profiter le jeune homme du spectacle des seins dénudés de la jeune femme trop apeurée pour crier.
- H : « Tu aimes ça s………, avoue que tu aimes » assena-t-il d’un air vicieux.
- L : « Non ! » Supplia-t-elle entre deux sanglots.
Le jeune homme klaxonna à nouveau et lança un regard noir et menaçant à l’individu qui finit par jeter sa victime toujours dénudée contre le mur et partit. Quant au jeune homme, face à cette femme effrayée et dénuée de toute fierté il détourna les yeux afin qu’elle puisse retrouver un peu de dignité, elle se retourna et se rhabilla tout en tremblant. Une fois décente elle se tourna vers ‘son sauveur’ qui lui adressa un regard bienveillant et s’assura qu’elle aille bien avant de partir, soulagée que cette torture soit terminée elle lui fit un signe de tête reconnaissant auquel il répondit.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 4 : QUAND LES CAUCHEMARS REVEILLENT LES PEURS

Toujours secouée par ce qu’elle avait vécu celle-ci fit cauchemars sur cauchemars, le voyant et le sentant la toucher et d’insinuer en elle sans qu’elle puisse de défendre, elle se réveilla en nage et en pleurs pendant des nuits entières. N’en pouvant plus, elle appela un ami la semaine d’après afin de se confier à lui en toute intimité, ayant confiance en lui elle savait qu’il ne répèterait rien et qu’il saurait l’aider à y faire face sans la juger.

- L : « Allo, Eric ? »
- E : « Oui ! »
- L : « Ça t’embête si on se voit cet après-midi ou demain ? »
- E : « Non pas du tout, on se voit cet après-midi tu m’as l’air bien secouée, que t’arrive-t-il ? »
- L : « Je t’expliquerai quand on se verra»
- E : « Bien, à cet après-midi.

L’après-midi même elle vit son ami comme prévu et lui parla de ce qui lui était arrivé.
- E : « Ça va ?, tu m’avais l’air paniquée au téléphone »
- L : Non, Eric ça ne va pas, j’ai été agressée la semaine dernière »
- E : « C’est atroce est-ce-qu’il t’a….. ? Voyant que sa question était trop brutale il s’arrêta.
- L : « Non, mais c’était son intention, Dieu merci un gars est arrivé en voiture et l’a fait fuir »
- E : « Dans ton malheur tu as eu de la chance »
- L : « Je me sens tellement coupable » Lui dit-elle en pleurant dans ses bras.
- E : « Vas-y pleure, ça fait du bien et ne culpabilise pas, c’est lui le coupable ce n’est pas toi »
Celle-ci continua à pleurer dans les bras de son ami pendant plusieurs minutes tandis qu’il la berçait pour atténuer ses peurs.
- L : Si tu savais à quel point je me sens coupable.
- E : « Tu n’as pas à te sentir coupable, tu n’as rien à te reprocher »
- L : « Je ne sais pas c’est peut-être mon attitude ou ce que je portais ce jour là qui l’ont encouragé »
- E : « Arrête de faire ton propre procès, tu es la victime ne l’oublie pas »
- L : « Je sens encore ses mains sur moi et toutes les nuits je le vois s’insinuer en moi sans que je puisse bouger, c’est atroce.
- E : « C’est ton subconscient qui réagit pour te soulager »
- L : « C’est surtout ce qu’il aurait fait si ce gars n’était pas intervenu, je lui dois beaucoup »
- E : « Comme quoi tous les hommes ne sont pas des salauds »
- L : « Non, mais il suffit d’une mauvaise rencontre pour que tout bascule, dire que cette ordure avait menacé de me tuer si je criais, il a réussi, depuis ce que j’ai subit je suis morte. » Lança-t-elle tristement.
- E : « Lucille reprends toi, si tu sombres il aura gagné, ne lui donne pas l’avantage sur toi, il faut te battre, ce sera dur mais tu dois tenir le coup, je serai là et il n’y aura pas que moi, il y aura Loïc avec moi tu ne seras pas seule alors fais moi la promesse de vaincre tes démons et de t’en sortir ».
- L : « Je t’en fais la promesse »
- E : « Attention une promesse est une promesse tu dois t’y tenir »
- L : Eric ? »
- E : « Oui. »
- L : « Merci d’avoir répondu présent et de m’avoir aidée »
- E : « Je t’en prie, c’est normal entre amis »
- L : « Tu as raison, même si ce n’est pas évident je me relèverai, je sais que vous m’aiderez ».
- E : « Bien raisonné. »
Les yeux encore marqués et gonflés elle repartit avec Eric et le remercia chaleureusement de ses conseils.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 5 : LA FIN DU CAUCHEMARS

Quelques mois plus tard, bien que toujours marquée par cette mauvaise rencontre, Lucille décrocha son diplôme en droit et obtint un emploi d’Avocate spécialisée dans le droit des femmes et vint en aide à toutes les femmes qui, tout comme elle avait vécu l’enfer avec un homme.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
 

in extremis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Fanfictions Lady Oscar. :: Fics autre que Lady Oscar.-