Lady Oscar - André
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Lady Oscar - André

Forum site Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 FOU DE L'OUBLIER - fic le destin de Lisa.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TIGRESSE
Soldat Alain
Soldat Alain
TIGRESSE

Féminin
Age : 45
Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 20/07/2012

FOU DE L'OUBLIER - fic le destin de Lisa. Empty
MessageSujet: FOU DE L'OUBLIER - fic le destin de Lisa.   FOU DE L'OUBLIER - fic le destin de Lisa. EmptyMer 26 Déc 2012 - 13:22

JE SERAIS FOU DE VOULOIR L’OUBLIER.



CHAPITRE 1 : Quand le destin nous prend la femme que l’on aime



Betty était en congé et prépara un diner surprise pour Hugo, elle fit les achats nécessaires à l’élaboration du repas, voulant traverser elle ne vit la voiture arrivant à vive allure sur elle et fut renversée.

La police présente sur les lieux intervint et appela des secours. Dès leur arrivée ils la transportèrent à l’hôpital et tenta de la sauver.

Hugo ayant été averti fut anéanti par la nouvelle, comment la femme qu’il aimait pouvait être morte, cela lui semblait impossible, il eut l’impression de faire un cauchemar.

Il s’écroula sur son canapé et pleura longuement.



- « Dites moi que c’est un rêve, que je vais me réveiller ».

Sa nuit fut longue et sans sommeil, comment allait –il annoncer cette nouvelle à laquelle il n’était pas sur de survivre lui-même.



Le lendemain ce fut le teint blême et les yeux cernés qu’il annonça ce drame. Ce fut David qui l’accueilli en premier.

- D : Bonjour Hugo, tu m’as l’air fatigué aujourd’hui.

- H : Betty est morte ! déclara-t-il brutalement.

- D : Pardon ?

- H : Tu ne me demandes pas quand est ce arrivé et comment ? S’emporta-t-il.

- A cet instant, Lisa arriva et vit que quelque chose n’allait pas.

- L : Ça ne va pas Monsieur Haas ?

-H : Betty a été renversée par une voiture, elle est morte sur coup.

- L : …

- H: vous semblez plus choquée que David, peut-être est-ce parce vous êtes plus humaine. Lança-t-il.

- D : Sache que nous sommes là et que nous te soutiendrons dans cette épreuve.

- H : Merci .Répondit-il tristement en serrant la main de David, puis enlaçant Lisa.

- Cet instant fut gâché par Sabrina dont la méchanceté n’était plus à prouver.

- S : Regardez ça, le serpent à lunettes et l’hystérique dans les bras l’un de l’autre, comme c’est émouvant, si Betty voyait ça elle serait furieuse. Ricana-t-elle.

- D : vas-t-en ! la chassa –t-il en colère.

- L : Betty n’est plus là, elle a été renversée hier.

- S : Pardon ,je n’étais pas au courant. S’excusa-t-elle platement.

- H : Quand on ne sait pas on ne dit rien.

- S : Si je peux faire quelque chose pour toi, n’hésite pas à me le demander.

- H : Fiche le camp !

Surprise, elle partit et annonça la nouvelle à tous les employés, qui, bouleversés lui présentèrent leurs condoléances, à sa grande surprise, Richard et Sophie se joignirent à tout le monde pour lui faire part de leur soutien, bien que surpris il fut touché par autant d’attention de leur part. Les jours qui précédèrent les obsèques furent douloureux, personne ne savait comment aider Hugo, seule Lisa arriva à se montrer réconfortante par sa gentillesse qu’il savait sincère. David quant à lui était bouleversé de voir son ami dépérir et se senti impuissant face à la détresse de son ami.



CHAPITRE 2 : UN REPAS EN SA MEMOIRE.



La veille des obsèques de sa femme Hugo conviât tout le monde à un repas en sa mémoire, durant ce moment tout le monde évoqua ses souvenirs avec Betty, les bons comme les mauvais et lui renouvela son soutien. Tous furent unanimes sur la douceur de son épouse, ce qui le réconforta, quand Nina prit la parole.

- N : Tu es encore jeune, tu pourras retrouver quelqu’un.

- H : comment peux-tu parler ainsi dans un pareil moment !

- S : Même moi je n’aurais pas osé. Intervint la secrétaire.

- H : Toi n’aggrave pas ton cas, tu n’as été très délicate non plus !

- L : Un instant, nous sommes ici pour rendre hommage à Betty, oublions les rancœurs et les règlements de compte.



- H : Merci Lisa, vous êtes la plus sensée de l’assemblée.

- L : je vous en prie Monsieur HAAS.

- S : Je vous en prie Monsieur Haas ! reprit-elle avec un air méprisant.

- H : Certaines ici semble avoir oublié la politesse !

- Sophie : Sabrina, ça suffit !

-

Les autres convives restèrent silencieux, incapable de parole réconfortante, puis fatigué de cette ambiance Hugo quitta le restaurant, laissant ses convives seuls avec leurs souvenirs.



- H : Mesdames, Messieurs je vous laisse, je retourne travailler.



Surpris , aucun ne répondit.



David le connaissant ,il savait qu’il cachait sa peine et que ce départ fut un prétexte pour rester seul. Les jours qui suivirent ce repas furent pénibles pour Hugo qui ne cessait de penser à femme de sa vie percutée en pleine jeunesse et plongea dans la dépression, Monsieur Seidel le voyant ainsi lui suggéra de partir en congé afin de se reposer avant les obsèques, ce qu’il accepta. Après l’enterrement de Betty Hugo put enfin faire son deuil et remercia les personnes présentes de s’être déplacées, seule Nina dont la réflexion maladroite avait choqué l’assemblée fut absente, pour le plus grand soulagement de celui-ci qui partit quelques temps en voyage.





CHAPITRE 3 : JE SERAIS FOU DE VOULOIR L’OUBLIER.



Trois mois s’étaient écoulés après cette pénible cérémonie, David et Lisa inquiets de ne pas voir Hugo alors qu’il était rentré de voyage, lui rendirent visite. Surpris d’entendre frapper il alla ouvrir et vit ses amis derrière la porte.

- H : David, Lisa quelle surprise, vous êtes les seuls à venir me voir depuis ce drame.

- D : Nous nous inquiétions de ne plus te voir, nous voulons savoir si tu vas bien.

En guise de réponse celui-ci prit une photo de Betty entre les mains et leur confia.



- H : Elle était douce et lumineuse

et elle ne savait pas mentir,

Notre vie était si heureuse,

Elle aimait tout ce que j’aimais,

Elle aimait rire.

Elle se réveillait en chantant

Posait sa bouche contre ma peau

Plus tard elle voulait un enfant

Les projets qu’elle faisait pour nous étaient si beaux.



Fou, je serais fou de vouloir l’oublier

Est-ce qu’on oublie jamais la femme aimée

Je serais fou ,et criminel d’en désirer une autre qu’elle

A tout on s’habitue, moi je ne m’habitue pas

Je continue à croire qu’elle reviendra

Alors qu’elle est partie dans un pays d’où l’on ne revient jamais, jamais.



Tout autour les gens se bousculent

Et la nuit sent encore l’été

En quelques instants tout bascule

On n’apprend pas que la vie peut nous échapper





Fou, je serais fou de vouloir l’oublier

Elle m’a tellement donné, m’a tout donné

J’ai tout rangé, j’ai fermé la maison

J’ai maudit la belle saison.

Depuis j’ai voyagé, tué le temps

Et si je suis aujourd’hui différent

Je perçois son amour et sa présence

Toujours auprès de moi.



Oui fou de croire tout ce qu’on dit

Que je suis jeune encore que tout s’oublie

Alors qu’elle est partie dans un pays d’où l’on ne revient jamais.



Alors qu’il leur confia tout cela, une larme coula le long de sa joue, complètement impuissante Lisa pleura à son tour , David , ému par ses confidences et sa peine le réconforta en le prenant dans ses bras.

- D : On est là, Hugo, on ne te laissera pas. A cet instant il laissa éclater sa peine longtemps contenu.

Après ce drame, Hugo quitta Kerima trop riche en souvenirs de sa femme.



FIN
Revenir en haut Aller en bas
 

FOU DE L'OUBLIER - fic le destin de Lisa.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Fanfictions Lady Oscar. :: Fics autre que Lady Oscar.-