Lady Oscar - André

Forum Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fermer tes yeux. D'Alix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicole
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 1912
Age : 34
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Fermer tes yeux. D'Alix   Mer 6 Déc 2017 - 10:23

Fermer tes yeux.



D'Alix



Comment aurais-je pu penser que tu serais là, allongé devant moi, et que j’aurais à te fermer les yeux ?  Ils ne me regardent plus, ces yeux qui ont fait, il n’y a qu’une nuit à peine, frissonner mon corps tout entier. Il fait noir et je voudrais tant revoir avant qu’ils ne se referment pour toujours l’éclat de leur couleur. Ils étaient si vert, si profonds lorsque nous étions ensemble il n’y a pas si longtemps. Ils me regardaient sans cesse, me rassuraient, me grondaient, me caressaient le corps dans une étreinte délicieuse. Mon Dieu, je ne peux pas croire que tout soit terminé ! Il me semble encore t’entendre m’appeler du fond du sous-bois où nous avions l’habitude de nous réfugier quand la tempête régnait à la maison. Ta voix était lointaine, presque sourde, mais je pouvais espérer t’apercevoir quelques instants après. A présent, ta voix a disparu avec les autres soldats morts aujourd’hui et tu ne reviendras plus jamais.

Et dire, mon pauvre André, que nous avons pu croire la nuit dernière à notre mariage ! Croire que le temps offre une seconde chance à ceux qui comptent leurs moments perdus. Hier, au creux de tes bras, j’aurais pu croire à tant de choses… J’aurais pu croire que tes yeux ne te trahiraient plus et que tu partagerais avec moi le même regard sur notre vie qui allait commencer. J’aurais pu croire que la maladie cesserait de ronger mes poumons et que je pourrais courir après toi comme tu avais toujours couru après moi. Fallait-il pour autant que tout s’arrête ainsi, dans la pénombre d’une chapelle ?
Ton visage est si blanc. Je discerne presque tes veines où ton sang ne coule plus. Tes lèvres dessinent un sourire étrange. De quoi ris-tu donc ? De l’ironie du sort qui nous a frappés ? J’ai tellement envie de t’embrasser mais je sais que le goût de ce baiser serait plus amer que jamais. Comment puis-je retenir mes larmes devant ton visage immobile et froid, devant tes yeux si lointains que je dois fermer.
Que regardes-tu donc ainsi en haut ? Existe-t-il quelque chose de plus fort en haut qui nous attire tous ? Mon Dieu, André, tant de questions sans réponses de ta part ! Pourquoi ne me réponds-tu plus André, toi qui avais l’habitude de me parler sans réserve, toi qui criais à haute voix ce que je cherchais à taire !

Je me retrouve seule en proie à ma peine. Les mots n’existent plus. Que de pensées qui s’entremêlent dans mon esprit ! Que d’images confuses où tu apparais à chaque fois ! Mon Dieu ! Il n’existe pas de torture plus atroce que l’idée de t’avoir perdu pour toujours ! Jamais je n’ai ressenti pareille blessure au fond de moi-même. Aurais-je pu croire ainsi que c’était toi qui faisais mon monde ? Que tu dessinais du vert de tes yeux l’esquisse de mon corps de femme sous l’uniforme ? Que l’éclat de ton rire chantait la plus belle musique de Versailles ?

Peut-il exister sur Terre pareil individu qui donne sens à tous nos gestes, à notre façon de penser, à la forme de notre corps ? Se peut-il qu’il y ait une destinée qui fasse que l’amour le plus fort et le plus fou n’existe qu’entre un homme et une femme déjà désignés ? Mon Dieu, si c’est le cas, je viens de perdre la moitié de moi-même !

Regardez-moi !

Regardez l’ombre que je suis devenue !

Mais quel caprice, Mon Dieu, vous a animé ? Mon Dieu…

André… tes yeux sont devenus blancs ! Que d’infini et d’incertitude à l’intérieur! Je n’y lis plus que du vide, c’est impossible !

Là ! Voilà qui est mieux ! Maintenant, tu n’es plus qu’un homme endormi, rêvant à sa bien-aimée et aux mille étreintes qu’il peut lui offrir. Rêve encore, mon André, ta bien-aimée ne va plus tarder…

FIN.

*** Lady Oscar Lady Oscar ***


http://www.ladyoscar-andre.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ladyoscar-andre.com
 

Fermer tes yeux. D'Alix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Thérapie comportementale et dialectique
» Maquillage yeux et lentilles ?
» quelles couleurs de fards à paupières pour les yeux bleus
» pour s'en mettre plein les yeux sans bouger
» Conseil eye liner sur yeux ronds
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Fanfictions Lady Oscar. :: Autant emporte le vent.... / Fics étrangères Lady Oscar :: Fics Lady Oscar tous public-