Lady Oscar - André

Forum Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Terre : divine rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicole
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 1909
Age : 34
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Terre : divine rose   Sam 24 Déc 2016 - 17:31

Terre : divine rose




1111
La cape
 
 
 
J'erre dans les rues de Paris, seule. Je ne sais où aller, je ne sais à qui parler.... Je crois qu'on est la nuit du 13 juillet.
 
Derrière le coin d'une rue, j'aperçois une silhouette renfermée sur elle-même. Il s'agit d'un soldat assis, là, tout seul, devant une église, les bras croisés sur ses genoux.
 
Ce soldat, il n'est pas comme les autres. Non, ce soldat, il est différent.
 
Je m'approche lentement de lui, il ne se rend pas compte de ma présence. Je l'observe. Et je me surprends à le trouver beau, très beau, ainsi, perdu dans ses rêves...
 
Soudainement, je comprends. Ce soldat, c'est une femme. Elle a les yeux rouges, elle pleure quelqu'un... sans doute un être qui lui est cher, très cher.
 
Son chagrin transpire de chaque pore, ses yeux regardent loin, au-delà du réel, voilés d'une tristesse infinie. Des ruisseaux de larmes ont jailli il y a peu de ce regard si cristallin, afin de soulager son âme, mais cela n'a pas suffi.
 
Quelle doit donc être son immense souffrance, capable de la déchirer intérieurement à un tel point?
 
Désormais, je ne ressens qu'une seule envie, celle de la prendre délicatement dans mes bras, de la consoler, de l'apaiser.
 
Silence.
 
Une âme m'envahit... c'est celle de ce soldat. Et je sais qu'elle s'appelle Oscar.
 
Oscar.... Dieu et l'épée....
 
Je commence à me rapprocher d'avantage d'Oscar, silencieusement. Je m'assois à ses côtés et délicatement je lui mets mon bras autour de son épaule. Elle ne réagit pas...
 
Je ne dis rien. D'ailleurs, que pourrais-je lui dire? Aucun de mes mots ne suffiraient à guérir ses blessures, à lui rapporter son amour, à la délivrer de sa peine. Car je le sens, elle est déjà morte dans son plus profond, anéantie par la fatigue, par la maladie, par son chagrin. Et ses remords.
 
Alors, je la serre un peu plus fort. Je commence à lui transmettre ma chaleur, à l'envelopper un peu plus, le feu allumé en face d'elle la laissant gelée. Est-ce qu'elle sait que je suis là?
 
Mon cœur, mon âme, se retrouvent désormais envahies dans leur totalité par Oscar. Et j'éprouve une immense émotion... je suis à toi, Oscar.
 
Soudainement, un tremblement se produit.
 
Secouée par une toux aussi forte que libératrice, Oscar bascule vers le bas des marches. Cette toux, surgie de son intérieur, la réveille de son état de torpeur, l'invite en quelque sorte à réagir.
 
Je me retrouve entrainée dans sa chute, ne pouvant me résoudre à la quitter. "Je reste à tes côtés, Oscar... "
 
Cherchant son chemin, Oscar entrevoit son cheval, et tout ce qu'il représente: les souvenirs, les regrets... un passé sans futur.
 
Son cheval, il la porte loin. Sur un chemin inconnu, à la rencontre de ce qu'elle a perdu et qu'elle ne retrouvera plus jamais en ce monde. "Oscar", je lui souffle doucement, "ne désespères pas!".
 
Au tournant d'un pont, des soldats tirent sur elle. Mais pourquoi tant d'acharnement? Ne voyez-vous donc pas qu'Oscar n'est déjà plus de ce monde?
 
Son cheval est touché, il sombre lourdement, sans vie, sur les pierres, entrainant Oscar avec lui. Et soudain, tout s'écroule pour elle. Désenchantement cruel.
 
Je sais maintenant que je n'ai plus guère le droit, la force de la quitter. Et je la protège contre les attaques des soldats, contre la pluie qui commence à tomber, contre sa solitude.
 
Mais les forces l'abandonnent, et au fond d'une petite impasse, Oscar sombre dans un sommeil profond, prémonitoire.reveil.jpg
 
Ce sommeil, je le partage avec elle. Je la protège avec toute ma chaleur, avec toute ma bienveillance.
 
Et lentement, à travers ce sommeil tel un monde parallèle, se manifeste à elle son chemin. Il lui suffira de le suivre. Et elle le sait.
 
Une dernière lueur de volonté apparaît dans son cœur, elle ouvre ses yeux.
 
A la Bastille...
 
Oscar a pris sa décision, et ma présence, désormais, n'est plus nécessaire... car il l'a appelée.
 
Tendrement, doucement, je lui transmets ma dernière caresse. Et je lui souffle, imperceptiblement, que je l'Aime, moi aussi.....
 
 


222
Ce geste invisible
 
 
 
 
Il est là, présent.
 
Messager de tendresse, de chaleur, d'amitié mais aussi d'amour.
 
Tout simple, anodin, mais si profond et si sincère.
 
Spontané, il porte en lui toute la sensibilité la plus vraie et pure, celle qui jaillit de ton cœur.
 
Insouciant de toute barrière...
 
Tellement beau dans son innocence, qu'il passe la plus part du temps inaperçu.
 
Il te montre sous une autre lumière... celle de ton cœur, celle de tes émotions.
 
Car il vient au secours de celui qui habite ton cœur, il le console dans sa souffrance, il le rassure par ta présence.
 
Bienveillant, il l'accompagne, le soutient.
 
Grâce à lui, tu lui transmets toute ta chaleur, ton inquiétude, ton chagrin. Mais aussi, et surtout, ton amour.
 
Les mots qui te sont si difficiles à prononcer trouvent en lui toute leur éclatante ampleur, leur virulente expression.
 
A la fois doux et ferme, effleurant et fort, il se charge de lui communiquer ton énergie, de lui ouvrir ton âme.
 
Accompli par tes mains, habituées à manier avec dextérité l'épée, arme froide et mortelle, il démontre qu'elles ne sont pas pour autant privées de tendresse, de vie.
 
Non, elles touchent ce qu'il y a de plus vrai, elles créent ce qu'il y a de plus beau.
 
Missionnaires de tes émotions, elles glissent à travers l'espace, cherchant le contact qui rassure.
 
Contact qui se concrétise en un geste...
 
... en ce geste, en ton geste, Oscar.
 
Et grâce auquel tu nous montres ce lien, invisiblement visible, qui t'unit à lui depuis toujours.
 
Incassable.
 
333
Tendresse
 
Tu flottes au gré des collines, sur ton cheval blanc,
 
Légère, élégante et fière...
 
 
Dans tes bras, comme dans un nid, tu abrites cet enfant.
 
Et tu lui offres ton cœur.
 
Simplement.
 
Avec tant de tendresse, tant de chaleur.....
 
 
 
Les derniers rayons de soleil vous réchauffent.
 
Vos cœurs étincellent.
 
Quelle beauté. Si pure.
 
Eblouie, je n'ai qu'un seul souhait:
 

Pouvoir un jour, Oscar, me bercer ainsi à tes côtés...


Fin.

*** Lady Oscar Lady Oscar ***


http://www.ladyoscar-andre.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ladyoscar-andre.com
 

Terre : divine rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» muffins rose
» Placki kartoflane = galettes de pommes de terre
» Soupe crémeuse au munster et pommes de terre à la bière
» 1847 - Train Rouen-Le Havre, PAILLETTE, Tremblement de terre ...
» Les ressources naturelles de la Terre pour 2010 épuisées le 21 août
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Fanfictions Lady Oscar. :: Autant emporte le vent.... / Fics étrangères Lady Oscar :: Fics Lady Oscar tous public-