Lady Oscar - André

Forum Lady Oscar - La Rose de Versailles - Versailles no Bara - Berusaiyu no Bara - The Rose of Versailles - ベルサイユのばら
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cet homme au regard si doux Par Babou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicole
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 1909
Age : 34
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Cet homme au regard si doux Par Babou   Jeu 4 Déc 2014 - 19:59

"Cet homme au regard si doux"



Par Babou



La prise de conscience d’Oscar de son amour pour André alors que celui-ci est en danger de mort.

Oscar reprenait peu à peu ses esprits. Son cœur battait à tout rompre. Ses pensées étaient floues, et des images, telles un film au ralentit, défilaient devant ses yeux clos. Dans chacune d’elles revenait un homme brun. Cet homme hurlait son nom dans la nuit noire qui envahissait les quartiers de Paris… Oscar…Oscar ! Ses cheveux dissimulaient son visage, et ses bras, tendus vers elle, semblaient lui crier de les saisir… Un souffle… le vent… et le visage lui apparut, perçant son regard comme l’aurait fait un puissant éclat de soleil… André ! … André s’éloignait d’elle, emporté au loin dans la nuit sombre par une foule de silhouettes noires, vers un gouffre profond, et sans fin… et des rires… des rires… forts, horribles, terrifiants, sortaient tels des éclairs des gueules noires qui disparaissaient… disparaissaient… entraînant l’homme aux si beaux cheveux bruns, et au regard qui paraissait se dissoudre dans l’esprit d’Oscar, ce regard émeraude, si doux, qui s’imbibait peu à peu de lourdes larmes. Comme des lumières étincelantes dans la nuit, elles coulaient, longeant le corps de l’homme, et formant à ses pieds un fin filet d’eau… filet puis ruisseau… et le ruisseau gonfle, s’amplifie, à devenir monstrueux… Ce monstre torrent emportait cet homme dans son antre, le précipitant dans sa chute mortelle, cet homme qui hurlait, et qu’elle était seule à entendre… Un éclair, et l’image d’André frappa à nouveau son esprit… André partait… disparaissait, loin… tellement loin… Oscar aurait voulu courir, s’élancer vers lui et le retenir de la chute… Mais ces terribles ombres l’entouraient, se dressant contre elle, elle si impuissante face à ces statues immenses, ces colonnes de marbre qu’aucune de ses tentatives désespérées ne parvenaient à déplacer d’un seul millimètre. Alors elle sentit l’une d’entre elles l’agripper, lui saisir les épaules, et la secouer… la secouer… Oscar… Oscar… « Oscar, revenez à vous, je vous en prie ! … »

André ! … Oscar ouvrit les yeux brusquement… André ! « Oscar, c’est moi, je suis Axel de Fersen. Reprenez-vous. » Oscar considérait cette silhouette, cet homme devant elle… Fersen… Fersen était là… Mais que faisait-il là ? … Et André, où était André ? L’image de l’homme plongeant dans le gouffre noir s’empara une seconde de son esprit… Oscar cria son nom… André ! Sa seule pensée était de le secourir… Mais cette ombre affreuse la retenait à nouveau. Elle voulait lui échapper et s’enfuir vers lui… La forçant à se retourner, Fersen la fit sortir de son songe. Oscar reprit alors entièrement ses esprits. La situation où se trouvait son ami lui revint en mémoire… le peuple… le peuple avait pris André… Il fallait qu’elle parte le délivrer… Mais cet homme, cet homme étrange la retenait… Pourquoi ? Que venait-il faire ici ? Oscar s’en moquait. Elle voulait qu’il la lâche. Et elle lui cria, venant du plus profond d’elle-même, de son inconscient qu’elle n’avait jamais voulu affronter :

« Mon André est en danger ! ! ! MON André… MON André… »

Fersen avait compris. Il avait su traduire la véritable motivation qui poussait Oscar à rejoindre cet homme, cet homme aux si beaux cheveux bruns et au regard si doux… Cet homme, qui s’appelait André… Il sut à ce mot, ce mot si court mais si significatif, si révélateur, ce « MON » qui précédait le nom de l’homme… Il sut ce que le cœur d’Oscar s’était si longtemps caché, il sut qu’elle aimait André… SON André… Il vit les yeux terrifiés d’Oscar, et il comprit…

Fersen n’eut alors aucun mal à éloigner la foule en colère d’André, lui sauvant ainsi la vie.

Oscar était restée seule… seule dans la pénombre… seule dans cette ruelle déserte… seule… face à son cœur. Ses mots prononcés résonnaient dans sa tête, frappant son cœur comme pour lui dire « Tu as compris, enfin. »… MON André !


Fin.

*** Lady Oscar Lady Oscar ***


http://www.ladyoscar-andre.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ladyoscar-andre.com
 

Cet homme au regard si doux Par Babou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le regard d'un animal à grandes oreilles
» Droit de l'homme et démocratie
» Doux moment...
» L'eau potable art31 déclaration univers droits l'homme
» les objets nécessaires à l'homme....et dans la vraie vie
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lady Oscar - André :: Fanfictions Lady Oscar. :: Autant emporte le vent.... / Fics étrangères Lady Oscar :: Fics Lady Oscar tous public-